3 octobre 2013

Interview d'Arnaud Duprat pour la sortie de son livre

Dans moins de deux semaines sortira un nouveau livre sur notre actrice préférée : Isabelle Adjani, un mythe de l'incarnation aux éditions Le bord de l'eau .
Rencontre avec son auteur qui nous présente en avant-première pourquoi il a voulu écrire sur cette comédienne ...





Fredjani : Pourriez- vous vous présenter à nos lecteurs ...

Arnaud Duprat : Je suis maître de conférences à l’Université Rennes 2 où j’enseigne le cinéma espagnol et latino-américain. Après avoir étudié le cinéma et l’espagnol, j’ai fait une thèse sur les six derniers films de Luis Buñuel, c’est-à-dire sur sa dernière période française, de Belle de Jour à Cet obscur objet du désir, en incluant la coproduction avec l’Espagne et l’Italie, Tristana.

A partir de quand vous êtes vous intéressé a Isabelle Adjani et pourquoi ?

A D : Les films d’Isabelle Adjani m’ont toujours interpellé de manière personnelle. Cependant, l’élément déclencheur du livre a été le séminaire d’études féminines Gradiva, créé par Michèle Ramond, mon ancienne directrice de thèse. En 2005-2006, le thème du séminaire était Les femmes et la filiation. Comme Michèle savait déjà que je portais un grand intérêt à la question de l’acteur, elle m’a proposé d’intervenir sur une actrice. Bien entendu, j’ai pensé tout de suite à Isabelle Adjani et à la relation au père très présente dans ses films. Le séminaire a donné lieu à un livre collectif, Les femmes et la filiation, où figure donc cette première réflexion sur Isabelle Adjani. Rédiger cet article universitaire m’a fait comprendre qu’il y avait matière à un travail beaucoup plus ample. Ensuite, j’ai rencontré Christian Viviani – qui a signé la préface de mon livre – et son équipe universitaire le GRAC (Groupe de Réflexion sur l’Acteur de Cinéma) dont les premiers travaux ont donné lieu à la collection « Jeux d’acteurs ». Là encore, il s’agit d’une rencontre déterminante car elle rendait possible la publication d’un livre sur Isabelle Adjani en offrant un cadre collectif à ma réflexion et en la nourrissant.

Il y a déjà quelques livres sortis sur cette actrice unique. En quoi le vôtre sera-t-il différent ?

A D :Mon livre n’est pas une biographie. Mon objet d’étude est la filmographie d’Isabelle Adjani et sa démarche d’actrice. En raison de ma formation, je parle de cinéma et les films de cette actrice sont assez riches pour se prêter à cet exercice. On publie beaucoup de choses sur les acteurs, mais très souvent il s’agit de textes où on s’attache à la personne de manière très affective et où le cinéma passe au second plan. Je pense que de nombreux acteurs peuvent faire l’objet d’analyses sérieuses comme cela est le cas généralement des cinéastes. Certes, comme je suis un grand admirateur d’Isabelle Adjani, cette part affective n’est pas absente de mon livre, mais la meilleure manière de lui rendre hommage était, à mon sens, de lier cette part-là à la rigueur d’une analyse de type universitaire.

Vous avez interviewé Isabelle Adjani. Comment choisit-on ses questions ? Que ressentez-vous à la lecture de cette interview  qui est la vôtre ?

A D : L’intérêt n’était pas de réaliser un entretien-fleuve, mais de poser les quelques questions qui s’imposaient, à mon sens, au lecteur à la fin du livre. En règle générale, quand un livre propose l’analyse d’une œuvre, il est important, je crois, que l’auteur ne soit pas seul et que la voix de l’artiste soit également là pour offrir une perspective nouvelle, un autre regard, et rappeler ainsi au lecteur que ce qu’il vient de lire ne relève jamais d’une vérité unique sur l’œuvre, mais d’une lecture personnelle, aussi pertinente soit-elle. L’important, ce n’est pas ce qu’une œuvre veut dire, mais c’est ce qu’elle nous dit : c’est ce que j’ai appris des films de Luis Buñuel et de Jean-Claude Carrière. C’est d’ailleurs pour cela qu’il était important pour moi que ce dernier participe avec une préface à mon livre sur Buñuel. Les raisons sont les mêmes dans le cas d’Isabelle Adjani. Sa manière d’évoquer la littérature, le cinéma et le théâtre renvoie le lecteur au texte et nourrit sa réflexion personnelle.

Vous êtes un spécialiste du cinéma de buñuel. Il se trouve qu’Isabelle Adjani aurait dû jouer le rôle tenu par carole bouquet dans Cet obscur objet du désir .Qu’aurait apporté ce cinéaste dans la filmographie d’Isabelle ?

A D : Malheureusement, nous n’aurons jamais la réponse. J’imagine tout de même une rencontre compliquée entre une actrice qui fonde son travail sur une collaboration équilibrée avec le cinéaste, et un réalisateur qui, selon de nombreux témoignages – celui de Catherine Deneuve en tête –, portait un intérêt très limité à ses acteurs, et surtout à ses actrices ! De plus, Buñuel a contacté Isabelle Adjani à un moment où il avait abandonné l’idée d’une double incarnation (il n’y est revenu qu’après le renvoi de Maria Schneider du film) et où il fallait donc que l’actrice choisie donne vie à une héroïne totalement contradictoire. Un fantasme d’héroïne, en somme, qui ne pouvait trouver sa cohérence que dans une double incarnation. Cependant, ce rendez-vous manqué entre Isabelle Adjani et Luis Buñuel constitue ma plus grande frustration de cinéphile…

Diriez-vous encore aujourd'hui qu’Isabelle Adjani est l’incarnation d’un mythe alors qu'elle semble vouloir se démarquer depuis quelques années de rôles mythiques ...en incarnant des personnages, disons,... ordinaires ? 

A D : En fait, quand je parle de mythe, dans mon livre, je ne pense pas à l’actrice mais à son parcours artistique. Je ne sais pas si on peut qualifier ses derniers personnages d’ordinaires, mais il est vrai que ces dernières années – depuis La journée de la jupe, en fait –, Isabelle Adjani semble s’autoriser des héroïnes beaucoup plus variées et manifester une nouvelle liberté dans ses choix. Ce qui est bien entendu une bonne nouvelle car son envie de cinéma est intacte.

Qu’avez-vous pensé de la diffusion du doc sur arte en mai dernier ? Pensez-vous qu’à la lecture de votre livre nous saurons 2 ou 3 choses que nous ne savions pas ?

A D : Il était important qu’Isabelle Adjani prenne la parole et revienne sur son parcours. Le moment où elle évoque son travail avec Bruno Nuytten est précieux car il a été un collaborateur fondamental dans sa carrière et Camille Claudel est un de leurs plus beaux films, pour elle comme pour lui. De plus, il existe finalement peu de témoignages sur la genèse et la création de ce film, et ceux qui existent sont souvent contradictoires et incomplets. Quant à mon livre, dans la mesure où je ne connais pas ses futurs lecteurs, je ne peux pas vous dire s’ils apprendront des choses nouvelles sur Isabelle Adjani. J’espère juste qu’il leur donnera envie de revoir ses films, nourrira leur réflexion et – ce qui est un des objectifs de la recherche – incitera des étudiants ou d’autres enseignants chercheurs à se pencher à leur tour sur l’œuvre de cette actrice.

Question rituelle : pouvez-vous nous dire vos 3 films préférés avec Isabelle Adjani ?

A D : L’histoire d’Adèle H., Possession, Camille Claudel.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

je ne crois pas que je vais me précipiter sur cet ouvrage...

Anonyme a dit…

Merci bcp pour cet entretien, que d'énergie déployée pour cette actrice, Fred. Pour parler de filiation, tu mériterais qu'elle t'adopte!! j'ai hate de lire ce livre, avec une vraie analyse, contrairement aux biographies/hagiographies calamiteuses publiées ces dernieres années. ca me donne quand même envie de lire le livre du lacanien David Michel "la tentation sublime" je l'avais acheté, en avais lu quelques pages et n'avais pas du tout aimé le ton de vestale aficionado qui y était employé. Je vais reéssayer, peut-être ai-je été injuste avec ce livre. et puis qui mieux qu'un lacanien pour éclairer les relations de filiation? Dans le reportage d'Arte me revient une phrase d'Isabelle qui m'a marqué, en substance "ce n'est pas parce qu'une personne est décédée depuis longtemps qu'elle n'a plus d'influence sur vous". isabelle aime tellement son père qu'il est encore là, mais je suis persuadé qu'elle ne lui doit rien, elle aurait été Isabelle dans n'importe quelle famille. Comme il est parfois difficile pour certains enfants ingrâts de reconnaître ce qu'il doivent à leurs parents, il est compliqué pour d' autres de sortir d'une certaine confusion et reconnaître ce qu'ils ne leur doivent pas.

Nicolas Laurent a dit…

Un livre sur le travail d'Isabelle Adjani et non pas une fois encore sur le fameux "Mystère" Adjani, ça fait plaisir. Isabelle est comédienne et a toujours dit préférer qu'on l'interroge sur son travail que sur sa vie privée. Bien sûr, elle fascine par sa personnalité complexe mais c'est bien aussi de revenir grâce à un ouvrage sur les rôles qu'elle a tenus et en savoir plus sur ses motivations. Je pense que je lirai ce livre qui me semble intéressant.

Inga a dit…

Je suis intriguée! Merci Fred! Vive la sortie du livre!

fredjani a dit…

J'ai bien ri à la lecture de ton post anonyme du 4/10 13:42
J'aurais pensé à bien des choses avec Isabelle...mais une maman ...nan ....J'en ai une et elle est irremplaçable ;-)
Quant au livre de David Michel ...il est rangé pour ma part aux fonds de la bibliothèque et je ne pense pas le relire de sitôt ...

Blanc-Bougnat a dit…

Je suis l'anonyme qui souhaitait te faire adopter par Isabelle, j'ai choisi de me baptiser. Content de t'avoir fait rire mais vraiment tu dois être transférentiellement quelqu' un de sa famille pour l'aimer autant: un fils, un frère, un cousin, un neuveu...moi je suis son troisième fils caché, mais elle n'est pas au courant. C'est pour ça qu'elle a tourné si peu, pour prendre soin de tous ses enfants cachés.J'ai la sensation que chaque fan (ou admirateur) a une histoire de filiation avec celui ou celle qu' il admire et auquel il se consacre.

fredjani a dit…

Oui, j'ai depuis réfléchi à ton message, disons un peu plus ....et disons qu'à défaut d'une mère je dirais qu'isabelle a souvent été une "guide spirituelle", une personne qui m'inspire , me fait réfléchir à des enjeux que je ne cerne pas toujours lorsqu'elle s'engage , même si je ne suis pas toujours d'accord avec elle ... ensuite j'aime la femme cultivée aux choix souvent audacieux dans le cinéma ...disons jusqu'au film de Rappeneau ... depuis hormis la jupe je reste plus mesuré sur ces derniers rôles...
Voilà , j'aime sa voix son charisme , sa beauté dans ses films. Ses interprétations me donnent souvent des émotions , des ressentis que je n'ai pas avec d'autres actrices...
Ses apparitions sont toujours pour moi de jolis cadeaux de Noel ...quelque soit l'époque .
D'ailleurs si elle voulait me faire plaisir , j'adorerais qu'elle fasse la voix narrative de Pierre et le loup, disque que nous passons souvent dans les écoles ...me demandez pas pourquoi ...J'en rêve !
J'en ai des versions différentes : V Lemercier, Higelin, G Philippe ... alors pourquoi pas la jolie voix d'Isabelle ...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs