6 décembre 2006

Loquita raconte sa vision de la pièce



Hier, Tessa et moi, nous nous sommes rencontrées pour la première fois. Nous ne nous connaissions que par email, jusqu’à hier. Quand j’avais acheté nos places, il y a un mois, pour la première fois je l’avais appelée et ç’avait été bien émouvant, d’entendre sa voix, après que nous eussions échangé tant de messages grâce à la Toile ! Nous nous sommes rencontrées deux heures à l’avance devant le théâtre, pour avoir le temps de prendre un pot.











 Une autre de mes amies, Christelle, devait venir à cette représentation, une fille pas comme nous, c'est-à-dire pas sous le charme d’Adja depuis toujours ; pour autant, elle était tentée de La voir sur scène, parce qu’elle savait (grâce à bibi !) qu’Adja sur scène, c’est quelque chose d’incomparable. Je l’avais entraînée à voir « La Dame aux Camélias », elle savait que c’était intense… Elle venait avec trois amies de Nantes, dont une jeunesse de quinze ans, elles étaient au 9ème rang. Tessa et moi, au deuxième rang centré.La représentation a été intense, cette fois c’est sûr je le sais avec certitude : Mademoiselle Isabelle Adjani ne connaît pas le mot « habitude ». Rien n’est « comme d’habitude », avec elle ! Sa voix rauque s’est élevée pour prier, jeter des imprécations, lancer des ordres, et nous avons été soufflées par sa puissance. Elle a souffert devant nous, si intensément que nous en avions mal pour elle. Elle a été odieuse devant nous, si drôlement que nous ri avec nos voisins le public. Elle a ri férocement et son rire s’est transformé en cri de douleur, et nous avons été pétrifiées. Elle a jeté sa chaise, sous l’emprise de la potion, et les gens du premier rang, juste devant nous, ont eu un mouvement de recul, nous avons bien cru qu’elle allait atterrir sur nous, cette lourde chaise de reine ! Elle a marché jusqu’au bord de la scène, en regardant le ciel, tellement jusqu’au bord que nous avons cru qu’elle allait tomber dans la fosse d’orchestre ! Elle a marché en boîtant, elle a eu du mal à se relever, tout dans son corps exprimait la lutte contre une fatigue ancienne, 20 ans de prison, et nous avons ressenti cet épuisement dans nos propres corps. Elle n’en a fait qu’à sa tête, n’écoutant aucun conseil, aucun ordre, aucune supplique. Elle s’est laissée parer de son habit de lumière tout en s’insurgeant régulièrement, bousculant qui la maquillait, qui l’habillait, et nous avons ri de sa façon d’empoigner son armature, pour s’assoir inopinément. Puis elle s’est dépouillée de ses bijoux, la couronne, la bague, les boucles d’oreilles, avant que les autres ne finissent de la déparer, et jamais, jamais, elle n’a perdu ne serait-ce qu’une once de son impérieuse beauté.Magique vision ! Inaltérable souvenir !Je vais vous faire un aveu : « La Dame aux Camélias », je n’avais pas aimé tant que cela. « A part la fin », comme dit tout le monde, j’avais trouvé cela ennuyeux. Bien sûr, il était délectable d’éprouver sa présence, mais l’histoire m’avait semblé vieillotte et ne me touchait pas, du coup ; alors que là, là… C’est du théâtre vivant parce que la pièce dure deux heures et se déroule sur deux heures. C’est une histoire intemporelle parce que des condamnés à mort il y en a toujours eu, sous toutes les latitudes, et faire le bilan de sa vie, se regarder soi-même avec lucidité, nous devrions tous nous y exercer, le monde irait mieux si nous nous y exercions tous régulièrement ! Donc cette pièce-là a plus de résonnance en moi que n’en avait eu « La Dame aux Camélias », elle me parle, me captive, quatrième vision et toujours pas une seconde d’ennui.Cette fois, Tazyzas, réjouissons-nous : cette fois, il y avait du monde ! Le théâtre était quasi plein, et « le rideau à peine tombé, la salle s’est levée, hurlant son plaisir », comme ils écrivent dans le Figaro. Le visage d’Adja irradiait de ce sourire incrédule que nous chérissons tant, et nous avons beau savoir quelle comédienne elle est, je donnerais ma main, que dis-je, ma tête à couper que ce sourire et cette incrédulité étaient absolument sincères. A chaque fois, elle n’en revient pas, et là, si ça fait plusieurs jours que le théâtre se dépeuple et que le public ne se déchaîne pas à la fin, comme quand j’y étais avec Elli mercredi, eh bien l’on peut comprendre que quand la ferveur revient, elle n’ose y croire. C’est une joie intense chaque fois renouvelée, tant mieux si nous pouvons lui procurer ce plaisir, à elle qui nous donne tant !Mon amie Christelle, comme en 2000 devant « Madame Camélias », a été ébahie de cet enthousiasme. Elle le comprend, elle le partage, mais c’est unique, elle n’a jamais connu cela devant d’autres spectacles de théâtre. Nous étions dimanche, le dimanche n’est pas le jour des Parigots têtes de veaux ni des blasés, le dimanche c’est le jour des motivés, le dimanche les gens viennent de toute la France… « de Lyon ! » a dit un jeune homme, pendant la séance de dédicaces, « de Londres ! » a lancé un autre, et là, Adjani a marqué l’arrêt : « de Londres ? »- Eh oui, a répondu le jeune homme. Pourquoi ne venez-vous pas jouer à Londres ?- Vous croyez que ça marcherait ? (vous vous rendez compte ? Elle a demandé ça !)- Bien sûr ! Tous les Français de Londres viendraient vous voir, et ils sont nombreux !- Oui, la communauté française, bien sûr, mais les Anglais ? C’est leur patrimoine, tout de même, je ne suis pas sûre qu’ils apprécieraient, je ne me risquerais pas à jouer cette pièce-là sur leur territoire…Et voilà… 20 heures sonnent… Après 20 heures je n’ai plus le droit à l’ordinateur… mais je vous promets que j’ai encore plein à vous raconter, et que je le ferai, mercredi si possible, sinon jeudi, enfin dès que ma belle vie m’en laisse le temps !Bisous-Bonsoir !
04 décembre, 2006 20:05

7 commentaires:

fibu a dit…

Bravo pour ton commentaire de la pièce,tessa,c'est une trés belle critique.
J'ai hate d'y retourner pour la derniere le 31 car j'imagine la ferveur des acteurs et du public ce soir la...Cela va me rappeler la derniere de la dame aux camélias!Certes les prix sont trés élevés pour the last mais quand on aime on ne compte pas,non?

lucas a dit…

pardon loquita je te félicite pour le trés beau commentaire de Marie Stuart que j'ai attribué par erreur à Tessa...

fredjani a dit…

oh !!! Fibu tu y vas le 31 .....!!!

Génial !!!!

Faudra que tu nous dises ...
La fin de cette pièce + l'intensité dramatique de celle ci, ca va être qq chose.....

fredjani a dit…

C'est très bien écrit....(une fois de +...)
Bien mieux que moi...
Mais c'est la règle...lol Les adjectifs élogieux, sont précis, la mise en scène adjanienne est découpée , détaillée....
J'aurais aimé que tu nous dises si il y aavit de grands changements / aux autres fois...(texte/ gestuel...?)
Et puis la suite du récit , je l'avoue est vraiment hallucinante...tant de détails... Je vous la livre très tres rapidement ... (désolé Loquita....mais ici C moi le chef ! lol , et je te censure, pour mieux te rendre la parole ensuite ....
Faut habituer le lecteur au suspens...) lol

Tessa008 a dit…

hello everybody !

Le récit de Loquita est époustouflante ! ça vous donne pas envie d'y retourner, tous ? de sentir de nouveau cette grande puissance d'adjani ? j'adore !
C'est marrant parce que jamais j'aurais pensé que toi aussi, comme moi, t'avais trop peur que la chaise tombe sur nous !!! Et c'est vrai qu'à un moment donné, elle était si proche de nous quand elle a avancé sur le devant de la scène. Je me souviens que le gars qui était devant nous (le seul à avoir un bouquet de fleurs blanches) était tout secoué :))))

Hey Fred ! Adjani joue toujours différemment, jamais deux fois la même ! D'ailleurs un prof de théâtre m'a dit : un acteur ne joue jamais pareil, entre 2 répétitions, il doit retrouver une autre énergie et proposer quelque chose de différent...

J'ai hâte de lire la suite !!!!

stéphane a dit…

je poste mon message ici meme si c'est pas trop l'endroit...car je souhaiterais écrire d'ici qqles semaines une biographie (non officielle)sur la vie et la carriére de cette actrice...je recherche des personnes qui pourraient me fournir des éléments sur la carriére d'adjani,des personnes qui connaitraient trés bien la carriére de l'actrice des années 70 à nos jours...moi meme aimant et connaissant sa carriére assez bien mais c'est un peu floue pour moi pour les 70's...je souhaiterais plutot co écrire ce livre avec une autre personne...pensez vous,vous qui etes aussi "fan" d'isabelle que faire un livre biographique est une bonne idée???si ma mémoire est bonne la derniére bio de la star remonte à 1987 et depuis plus rien...

Tessa008 a dit…

C'est vrai que c'est très étonnnant qu'il n'y ait aucun livre sur cette actrice..
tu peux lui demander à Elle même si c'est vraiment un projet qui te tiens à coeur ?
Encore faut-il avoir les éléments pour le faire..

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs