24 janvier 2015

Isabelle , la magnifique : nouvelle bio ^^

Un petit peu  en retard sur cette info dont on a peu (entendu) parler ... une nouvelle bio est sortie mi-novembre consacrée à notre star ....

Dominique Choulant a eu la gentillesse de m'envoyer récemment le communiqué de presse .

L'avez-vous lu ?









Communiqué de presse



Parution le 12 novembre 2014

d’une biographie inédite



Isabelle Adjani

la Magnifique


de

Dominique Choulant


224 pages

Cahier intérieur de 6 photos couleurs

Reproduction (noir & blanc) des affiches des films principaux d’Isabelle Adjani.

19,90 Euros



Éditions Mustang



Pour comprendre le mystère Adjani, cette artiste si secrète, parfois distante et pourtant l’une de nos plus talentueuses comédiennes, Dominique Choulant a mené une enquête rigoureuse.

Il a reporté dans son ouvrage de nombreux témoignages des célébrités qui l'ont côtoyée (François Florent, Annie Girardot, François Truffaut, Gérard, Depardieu, Jacques Dutronc, Yves Montand, Christophe Lambert, Bruno Nuytten, Patrice Chéreau, Sharon Stone, Brigitte Bardot, Françoise Sagan, Dominique Besnehard, etc.).



Les propos d'Isabelle Adjani elle-même sont égrenés au fil des pages depuis le début des années 70 à aujourd'hui... et la star, d'ordinaire si discrète, ne manque pas de nous étonner en nous racontant, bien sûr, ses films-cultes (La Gifle, Adèle H., Possession, L'été meurtrier, Camille Claudel, La Reine Margot, La journée de la jupe), mais également ses parents (un père algérien et une mère allemande), ses deux fils, et les hommes qui ont compté dans sa vie sentimentale (Bruno Nuytten, Warren Beatty, Daniel Day-Lewis)...



Les différentes étapes de sa vie et de sa carrière sont évoqués en chronologie parfaite, minutieusement, sans rien omettre : son parcours théâtral, les critiques de ses films, son box-office complet, ses récompenses dont les 5 Césars, la rumeur du Sida, l'épisode « Adjani contre Jean-Michel Jarre », «  l'affaire Stéphane Delajoux », son frère Éric, le temps qui passe, ses attentes et ses projets au seuil de son 60ème anniversaire, le 27 juin 2015.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’auteur



Dominique Choulant, né en 1963, vit à Toulouse.

Il est passionné depuis son adolescence par le cinéma et ses stars.

Il est déjà l’auteur des biographies suivantes :

CinéMarilyn (Éditions Publibook, 2006)

Brigitte Bardot, le mythe éternel (Éditions Autres Temps, 2009)

Martine Carol ou le destin de la Marilyn française – Préface de Brigitte Bardot (Éditions Autres Temps, 2011).

Marilyn Monroe, d’hier à aujourd’hui – Préface de Brigitte Bardot (Mon Petit Éditeur, 2012).

Il a publié également :

Même si…, roman gay (Éditions Bénévent, 2004).

Un pas dans le vide, roman gay (Éditions Gaies et Lesbiennes, 2013).

Muriel ou le temps d’aimer, pièce de théâtre (Mon Petit Éditeur, 2014).



Ses projets :

Un nouvel ouvrage inédit sur Brigitte Bardot.

Une biographie consacrée à une grande actrice française.



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Pour tout renseignement concernant cet ouvrage ou pour obtenir un Service Presse :



François Bagnaud : francois.bagnaud@sfr.fr



L’auteur - Dominique Choulant : dominiquechoulant@yahoo.fr

06 85 76 74 46



L’éditeur - Sylvain Raggianti (éditions Mustang)


01 39 52 18 92 ou 06 88 93 61 48



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 

19 commentaires:

Anonyme a dit…

Je l'ai feuilleté mais pas acheté. Une chronologie, carrière, vie publique, vie privée, très détaillée, pas vraiment écrit, plus un récit basique sans analyse particulière, sans concession parfois avec des piques bien senties. Je n'en ai pas eu envie chez moi. Lama Norbu

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec le commentaire, je l'ai lu et je l'ai trouvé plat, rien de nouveau? quelques erreurs et l'auteur ne fait que parler de lui. Dommage.

Anonyme a dit…

Bien plus précise que "La légende Adjani", moins horrible à lire que "La tentation sublime", cette nouvelle bio a le mérite de retracer avec une vraie rigueur chronologique la carrière d'Isabelle Adjani, sans être béate. Pour ma part, je rêve d'une bio "non autorisée" à l'américaine, avec points de vue contradictoires, dans la veine de l'article de l'Obs paru à l'occasion de "Kinship". Avec de vraies réponses à des questions jamais franchement posées, telles : Que s'est-il passé avec Carmen Maura ? Quel a été le succès réel de la pièce ? Pourquoi Luc Bondy monte-t-il son Tchekhov sans elle ? Pourquoi n'a-t-elle jamais partagé l'affiche avec des consoeurs de son niveau, telles Catherine Deneuve, Fanny Ardant...? L'ennui des bios béates sur Isabelle, c'est qu'elles se fondent grandement sur les seuls propos d'Isabelle qui ne sont que sa vérité et qui mériteraient d'être confrontés à d'autres vérités la concernant. En résumé, ce qui est passionnant chez les grandes stars du cinéma, ce n'est pas uniquement leur lumière, leur aura, leur beauté. C'est aussi leur part d'ombre, leurs excès, le ridicule parfois, leur combat désespéré contre le temps. Preuve en sont les grands films sur le sujet : "Sunset Boulevard" et "Fedora" de Billy Wilder ou "Eve" de Joseph Mankiewicz. Une vraie grande star de cinéma mérite mieux que des bios langue de bois, radoteuses et fades. Voilà mon souhait pour 2015 !

Anonyme a dit…

Mauvais. Très mauvais.

fredjani a dit…

Je n'ai pas eu la possibilité de la lire, mais une chose est sûre c'est que l'on peut saluer l'initiative, pas forcément évidente de se lancer dans une bio ... Ce que je n'aime pas c'est ce mélange (4eme de couv), vie publique , vie privée .... Je ne m'intéresse pas vraiment à la vie privée d'Isabelle, même si forcément les 2 sont liées , je ne pense pas avoir souvent parlé de cette dernière ...ou si ce n'est ce qui est retranscrit dans ses interviews ....
Par ailleurs je n'aime pas lire "mauvais , très mauvais" sans argumentation ... c'est extrêmement dur à lire je trouve .... quelque soit la création : livre, film , pièce, peinture .... je ne souhaiterais pas lire cela a propos de quelque chose que j'aurais tenté de bien faire ....nan ?

Anonyme a dit…

Assez d'accord avec toi, Fred; la démarche est positive, pourquoi se montrer trop sévère?
C'est vrai qu'un livre moins consensuel, ce serait génial... mais bon, je pense qu'il va falloir attendre encore longtemps! Et ce qui blesse IA me blesse un peu aussi je dois bien l'admettre^^
Mais surtout, Anonyme, comment sais-tu que le projet avec Luc Bondy est mort et enterré? Etait-on sûrs qu'il s'agissait d'Ivanov? Peut-être est-ce un autre projet non?
Ah cette manie des projets avortés... :(
Taz

Anonyme a dit…

C'est pourtant vrai : cette bio est mauvaise ! C'est simple: l'auteur a prit tous les articles de Paris Match et jours de France de 1972 à aujourd'hui les as mis bout à bout et il a pondu une bio . Il nous fait parfois même passer les propres propos d'Adjani pour les siens ! C'est dire comme il s'est foulé ...Il n'y a rien mais absolument rien de bon dans ce livre. De plus c'est très mal écrit.
Alex

Blanc-Bougnat a dit…

Tout à fait d' accord avec anonyme du 25 janvier 15:42. Malheureusement ces dernières années Isabelle Adjani nous a montré qu'elle n'arrivait plus à travailler avec de grands metteurs en scène. Elle préserve une zone de confort avec des débutants au talent impersonnel ou des cinéaste dont elle a la certitude qu'ils s' inscrivent dans le prolongement de ce qu' elle veut précisément (Laetitia Masson, Benoît Jacquot)et le résultat est bien sûr décevant car c 'est une collaboration "consanguine" avant d' être l 'incarnation sincère d' un désir d' actrice. Il y a quelque chose qu 'elle refuse de lâcher et qui ne se fera probablement pas. Tant pis on s' en contentera. Mais l 'Adjani des années 2010 vaut mieux que "De Force", "David et Mme Hansen" et "Kinship". J'ai revu "My little princess" d' Eva Ionesco avec Isabelle Huppert et des extraits d'"Un Tramway" au théâtre avec la même Huppert. Ces rôles comme bcp d' autres, étaient pour Isabelle A, ces rôles étaient fait pour elle. Huppert les joue bien. Adjani les aurait magnifiés. On ne lui a pas proposé, les aurait- elle même acceptés? Ils sont pourtant l' équivalent actuel de ce qu 'elle jouait à l' époque de "l 'été meurtrier" et de "Mortelle randonnée": la folie, l'immaturité,l 'enfance, la blessure narcissique. Le cœur de son travail et de ses obsessions. Tout y est. Tant pis pour nous...

Jeff a dit…

Pourquoi vouloir toujours la comparé à Isabelle Huppert ? La filmographie d'Isabelle Adjani est certe plus courte mais elle est bien plus passionnante. Et ne suis pas d'accord le film Adolphe est excellent.

Blanc -Bougnat a dit…

Je ne la compare à Isabelle Huppert. Pour moi Isabelle Huppert joue tout autrement, elle est à mon goût moins émouvante, mais elle apporte autre chose.Mais il n'y a pas 36 actrices capables d' interpréter les grands rôles qui parlent à Isabelle: il y a Huppert, Binoche, Ardant. Du coup force est de constater que Binoche en joue quelques uns, et Huppert quelques autres.

Anonyme a dit…

Binoche ne m'a convaincu que dans "Sills Maria" magistralement. Huppert j'en suis resté à "La Denteliere", après j'ai regardé ailleurs. Ardant j'aime la voir quand ça arrive, sans doute ma préférée des trois. Mais chacun a son propre univers. Comparer dans ces cas là c'est appauvrir. C'est comme si on comparaît Garbo, Brooks, ou encore Charisse, Gardner, ou encore Monroe, Manfield. Lama Norbu

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec Blanc-Bougnat! Même si ça ne se fait pas, on peut pourtant bien affirmer qu'il y a une échelle du talent, depuis l'honnête comédienne jusqu'à celle qui possède ce petit plus indéfinissable qui fera sa postérité (peut-être !). A l'origine, Isabelle Adjani était au sommet de l'échelle, il suffit de revoir "Le petit Bougnat" ou la captation d' "Ondine" ou "la Gifle". Cette rareté-là, le fameux petit plus que n'ont ni Binoche ni Huppert, éclatait à l'écran. Mais ensuite vinrent les premières nominations aux César et Oscar, et les lunettes noires, et le luxe... Le ver est vite, hélas, rentré dans le merveilleux fruit. Ce qui était un don est devenu, à partir de "La reine Margot", un souvenir dont je n'étais plus très sûr. La beauté demeurait - dans "Adolphe" par exemple - mais les directeurs de la photo devenaient toujours plus importants que les metteurs en scène. Et la grande actrice s'en trouva figée, planquée, reléguée au second plan par les gros plans tyranniques qui exigeaient qu'aucune ride ne vint troubler la surface. La divine Ondine avait cédé la place à une étrange jumelle plastifiée, finissant en caméo dans une idiotie bollywoodienne ou "Sous les jupes des filles". J'aurais tant aimé qu'Isabelle inspire des Claude Lelouch, des Jean-Pierre Mocky, des Bertrand Bonello, des Sautet, des Almodovar, des Christophe Honoré... Mais il semble qu'il soit trop tard. Comme me disait mon ami à son sujet devant "Sous les jupes des filles": "Elle je ne la sens pas du tout". Il voulait dire "plus du tout". Car il l'avait tant aimée, adorée dans "Camille Claudel" qu'il était prêt à voir et revoir. Mais là, dans le film d'Audrey Dana, Isabelle ne donne plus, elle cache, elle dissimule, elle flippe, elle en fait trop ou pas assez, et effectivement on ne la sent plus, on ne sent plus la profession de foi, l'engagement total dans son métier d'actrice. Plus qu'une tragédie, c'est un stupéfiant gâchis.

Blanc-Bougnat a dit…

Pour Lama Norbu. La dentellière date de 1976: vous avez du voir "Les sœurs Bronté" qui date de 1978, c 'est obligatoire dans notre cas lol. Pour Binoche il y a "Les amants du pont neuf", "Bleu", "Caché"," Le chocolat" "Camille Claudel:1915". elle y est magnifique, mais ce n' est que mon avis. Le grand Gégé ne pense pas comme moi...
Belle journée à vous

Anonyme a dit…

Huppert je l'ai "aperçue" dans "Les soeurs Brontë", étoile filante. Binoche "Claudel 1915" c"était Binoche chez les fous, désolé. Que dites-vous de "la journée de la jupe" si c'est pas de la rage de jouer ? Lama Norbu

Blanc -Bougnat a dit…

Lama Norbu, je suis étonné que vous me reprochiez de comparer Adjani aux actrices de sa génération, alors que je dis seulement que les thèmes chers à isabelle ont été incarnés par d' autres et qu 'ils lui seraient allés comme un gant. par contre c'est ce que vous semblez faire dans votre dernier post. Comment comparer un rôle comme "la journée de la jupe" explosif, presqu' expressionniste avec "Camille Claudel:1915" tout en subtilité et en violence rentrée, contenue, empêchée? Moi je ne peux pas je choisis les 2. Les 2 m'ont bouleversé. Quant à Huppert je trouve que son jeu est un magnifique contrepoint à celui d' Isabelle dans "les sœurs Bronté", elle est à mon avis un personnage à part entière et en aucun cas une "étoile filante". Elle joue superbement. et je ne vous parle pas de ses dizaines de grands films qui en ont fait une actrice internationalement reconnue. Le talent de l' une n'est pas exclusif de celui de l' autre. La seule chose que je déplore c 'est ce déséquilibre: talentueuses comme elles le sont toutes les 2, la répartition me semble inéquitable ces dernières années. Mais je pense sincèrement que cela peut s' inverser.

fredjani a dit…

Je lis vos joutes verbales avec beaucoup d'intêret les gars, mais vous savez que vous parlez d'un sujet quasi improbable ...qui se nomme la SUBJECTIVITE ...lol

Bref j aime le chocolat, j'adore le citron mais ce qui est génial c'est que les autres n'aiment pas forcément les mêmes parfums ....mouais mon image n'est pas terrible j'en conviens....

me souviens dune interview qui date où Isabelle était questionnée sur les acteurs qu'elle préférait et où elle répondait : aucun dont je ne sois fan mais j'aime Depardieu dans tel film , V Paradis dans tel autre ....

Je serais d'avis de faire de même en ce qui concerne les acteurs en général : que j'ai adoré binoche dans bleu, même si je reconnais que je me demande ce qu'isabelle en aurait fait ....mais objectivement l'aurait elle mieux joué ce rôle .... ca serait présomptueux .... J'aime à le croire , mais c'est tout ....
Quand une actrice rencontre THE rôle, je crois que ca laisse pas beaucoup de place pour une autre il y a tellement de travail, d'investissement parfois ....

Donc merci Paradis pour noce blanche, Deneuve pour le dernier métro ....cecile cassel dans quand j'étais chanteur ....

Ma glace au citron c'est Adjani, irremplacable , unique, iconique .... J'aurais été réalisateur, je n'aurais voulu qu'elle, mais cela ne donne pas moins de mérite aux autres ... C'est simplement que moi à un moment donné je ne suis plus en phase avec le vrai ....je suis fan , je pardonne tous , je magnifie tout ce que je vois quand c'est Isabelle qui le fait .... et elle le fait bien en général ....
Me rappelle d'un ami qui me disait ... oh ton camille Claudel , quel film .... lourd, indigérable, surjoué par ta casse-coui******* d'Adjani (désolé) ^^, mais bon évidemment que du coup il m'en fallait pas plus pour m'exciter ....mais bon les gens ont le droit de pas aimer la glace au citron après tout et de vouloir autre chose , il n'aime pas ce film ...ca me parait tellement surprenant , mais finalement ça ne l'est pas : trop de citron tue le citron si j'ai bien compris sa position alors que moi j'en redemande ... ahhhhh la subjectivité ..... On ne sera jamais d'accords et c'est peut être pas si mal ....^^

Ah si un point sur lequel on semble d'accord, on reveut de beaux, grands et vrais rôles pour isab - ELLE ^^ en 2015 et pour l'avenir ....

fredjani a dit…

oooh vous avez remarqué j'ai réussi à ne pas nommer Huppert, moi, enfin si ....maintenant c'est fait, c'est malin ...

On dit que dorénavant celui qui la compare à Isabelle H. paye sa tournée ^^ Je pense que ça va en faire réfléchir certains ....

je plaisante , Vive les IsabelleSSSS

Anonyme a dit…

J'ai vu "Discount" de Louis-Julien Petit. Super film avec des acteurs peu connus en dehors de Zabou. C'est un film qui mérite le détour. Si je me rappelle bien IA l'avait recommandé. Avec raison. Sinon le personnage central des "Soeurs Brontë" c'est le frère, film qui lance ce comédien génial pour qui, dit-on, Chéreau a fait la "Reine Margot". Comme quoi il faut chercher où est la source. Peut-on discuter à l'infini de ce qui fait nos émotions, sans doute en vain. J'ai vu aussi "Hope" de Boris Lojkine, poignant. Et là personne de célèbre, la vie à cru. Et à nu. Le cinéma c'est un monde en soi, un univers où nous plongeons et j'aime ça. Lama Norbu

Dominique Choulant a dit…

Mea Culpa,

Je tiens à présenter mes plus plates excuses pour avoir " pondu " cette " mauvaise, très mauvaise " bio.
Mille excuses pour ne pas m'être " foulé " et m'être mis au niveau des caniveaux avec des articles parus dans Paris Match et Jours de France...
Oui j'ai osé (ô sacrilège) mettre des mots d'Adjani dans ma bouche. Une pratique courante, soit dit en passant, qui permet d'être au plus près des personnes et d'éviter de dire des absurdités.
J'espère aussi que vous ne m'en voudrez pas de n'avoir " fait que parler de moi " dans ce livre (mais hic je ne trouve pas les passages concernés), d'avoir commis " quelques erreurs " (éventuelles, à savoir lesquelles), et de m'être montré " sans concession avec des piques bien senties " (là où c'est à prendre au deuxième degré)...
Je réitère mes excuses : je ne suis qu'un pauvre autodidacte de naissance ! Néanmoins, je suis fier d'avoir écrit cet hommage - (factuel, et tel que je l'ai voulu) - et de l'avoir remis en main propre à la principale intéressée, qui, elle, ne m'a pas (encore) jeté l'anathème... Un souvenir heureux que cette rencontre... Isabelle Adjani est une belle personne...
Mais je repars nourri de la bienveillance ambiante, et j'hésite entre la corde (pas de poutre), le gaz (ça sent pas bon) ou la fenêtre (pas assez haut)...

Dominique Choulant

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs