13 août 2013

ELLE : Le "very bad girls " d'Audrey Dana


Un article dans ELLE qui évoque le tournage d'homosapiennes avec une nouvelle photo de l'ensemble des actrices








Isabelle Adjani, Vanessa Paradis ou encore Marina Hands, c’est une partie du casting cinq étoiles réuni par la comédienne Audrey Dana pour son premier film. rencontre avec un joyeux girls band !
Est-ce la chaleur ? Les 30 degrés qui enveloppent Paris d’une moiteur liquide ? La scène qui se déroule sous nos yeux tient du mirage. Sur le parking d’une entreprise au coeur de l’Est parisien, entre mur décrépi et parapet en ciment, sept des actrices les plus désirables du cinéma français font une pause, tongs aux pieds, entre deux prises. Isabelle Adjani textote, Vanessa Paradis s’aère, Alice Taglioni grignote, Sylvie Testud papote, Marina Hands se concentre et Alice Belaïdi et Julie Ferrier tentent de calmer leurs chiens, qui se cherchent en aboyant… Ce casting de rêve (que complètent Géraldine Nakache, Laetitia Casta et Audrey Fleurot), c’est celui de « Very Bad Girls » (titre non définitif), le premier film de la comédienne Audrey Dana, dont le tournage a débuté le 17 juin à Paris. L’histoire de onze femmes pétries de paradoxes qui incarnent la mutation chaotique de la condition féminine. Un projet ambitieux mais aussi un « film de nanas », avec un ton résolument féminin. « La base du projet, c’est l’envie de se marrer, explique l’actrice-réalisatrice. Non seulement on n’a pas assez de rôles dans les comédies, mais il n’y a rien qui soit à la hauteur de notre folie, au bon sens du terme. » La séquence du jour a justement de quoi faire halluciner plus d’un homme : découvrir des femmes ensemble quand les mecs sont absents. Ambiance déjantée et dialogues dans le genre « appelons un chat un chat »… Mais comment crée-t-on cette connivence entre onze actrices qui n’ont – pour la majorité d’entre elles – jamais tourné ensemble ? Toutes le savent – et j’ai bien dû ouvrir le feu –, elles n’échapperont pas à la question de la rivalité.



Une affaire de femmes, en somme…

« Il n’y a aucune compétition, assure Alice Taglioni, et pourtant on a des personnalités très différentes. C’est un plaisir de voir à quel point ça fonctionne entre nous. » Vanessa Paradis et Alice Belaïdi (l’une des héroïnes des « Sophie et Sophie », sur Canal +) s’éventent, complices, avec le même éventail. La benjamine du tournage a la banane. Quand elle ne « douche » pas Jill, sa chienne bouledogue, qui s’ébroue gentiment sur les mollets de l’autre Alice (Taglioni), elle avoue vivre un rêve de cinéma : « Tous les soirs, j’ai l’impression d’avoir 8 ans et que le lendemain, c’est Noël, avec la hâte d’y être pour ouvrir les cadeaux. C’est moi qui allume le joint d’Adjani, c’est quand même trop la classe ! » La récréation est terminée. Retour plateau. La concentration n’empêche pas l’humour potache. Chaque fois que quelqu’un passe la porte, il a droit à un tonnerre d’applaudissements, qui rend hilares ceux qui l’ont déclenché. « Les barjots ! », commente, amusée, Sylvie Testud. Les accessoiristes rapportent les chaussures, Vanessa fait danser ses bras devant le gros ventilateur, Audrey crie : « J’aimerais bien qu’on le mette un peu sur les gonzesses », Julie Ferrier traverse la pièce, une brosse à dents dans la bouche : « Désolée, mais j’ai mangé », dit-elle, candide. Y a d’la joie ! « On est heureuses de venir tous les matins, on est très excitées, raconte Isabelle Adjani, sourire aux lèvres. Il faut dire qu’on travaille avec une grande excitée ! » Boule d’énergie, Audrey Dana habite l’espace, arpente le plateau, sautille, mime une scène, montre les déplacements : « Mes chéries, je sais, elle est bien sport, cette séquence, mais on la refait, je veux améliorer deux-trois choses. » Promet : « Ça va dépoter. » Rassure : « C’est mortel ! » Vanessa traverse la pièce et chuchote, le geste affectueux, quelque chose à l’oreille de Marina Hands, qui vient de jouer une scène difficile. Il est déjà 23 heures et il reste une séquence à tourner… Pour le brief, la réalisatrice entraîne ses « chéries » sur le parking. L’air y est devenu presque agréable. Et à les voir assises à même le sol sur le bitume, formant un cercle autour d’Audrey, à deux pas d’une table couverte de fruits secs et de crocodiles en sucre, on se dit que cette bande de copines pas tout à fait comme les autres ressemble étrangement à la nôtre. Une affaire de femmes, en somme…
 
article d' Emmanuelle Courrèges
Photo Riccardo Tinelli
 
Merci à j Luc et Cécile

1 commentaire:

Anonyme a dit…

sympa!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs