21 février 2011

Guibert cinéma d'Anthony Doncque , sortie en DVD

De façon très documentée, Anthony Doncque, le réalisateur, dresse la généalogie de ce désir de cinéma chez Guibert de son entrée manquée à l'Idhec au passage à l'acte tardif avec le journal vidéo de son agonie, La Pudeur ou l'impudeur.


Entre-temps, Guibert reçoit le César du meilleur scénario avec Patrice Chéreau pour L'Homme blessé. Yvonne Baby, qui fut sa chef de service au journal Le Monde, raconte la frustration que fut pour lui de ne pas réaliser ce film.

Mettre en scène, c'était bien, semble-t-il, l'obsession de Guibert, qui dans les années 80, écrivit successivement trois scénarios, dont l'un, La Liste noire, écrit avec Isabelle Adjani, serait devenu un film, si l'actrice ne s'était pas soudainement volatilisée. Guibert a commenté cette trahison dans son livre A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie ; Adjani s'exprime à son tour (mais seulement en voix off) sur ce projet inabouti.



L'heureuse initiative du film est de montrer de nombreuses apparitions télévisuelles de Guibert (chez Pivot, Poivre d'Arvor, etc.), de plus en plus émacié, presque christique avec son chapeau noir pour couronne d'épines. Il devient clair alors que dans cette soigneuse mise en scène de soi, sublime et effrayant, Guibert, a exaucé, tout autant qu'avec La Pudeur ou l'impudeur, quelque chose de son désir de cinéma.
 
Source Herveguibert.net







Hervé Guibert, écrivain, photographe, journaliste, a toujours rêvé de cinéma. C’est d’ailleurs à cette carrière qu’il se destinait, mais son échec au concours d’entrée à l’Idhec (Institut des hautes études cinématographiques), en 1973, bouleversa ses plans. Il serait écrivain. Cependant, on trouve dans son œuvre, en creux, ce rêve du cinéma qui se concrétisa à la fin de sa vie sous la forme d’une autofiction filmée, La Pudeur ou l’Impudeur.


Dans Guibert cinéma, Anthony Doncque part à la recherche de ce cinéma fantôme qui hante littéralement le travail de l’auteur. En interrogeant ceux qui l’ont connu et qui ont travaillé avec lui – parmi lesquels Agathe Gaillard, Yvonne Baby, Philippe Mezescaze ou Isabelle Adjani –, il vient mettre en lumière cette part d’ombre qui innerve les écrits de Guibert.

Il ne reste de ce désir fou que La Pudeur ou l’Impudeur, œuvre magistrale et bouleversante qui s’inscrit dans la droite lignée des écrits sur le sida de l’écrivain. Cependant, ce film n’est que la part visible d’une suite de projets pour la plupart inaboutis. Bien sûr, il y eut le scénario de L’Homme blessé, coécrit avec Patrice Chéreau, mais c’est ce dernier qui resta «le patron» pour la réalisation du film primé aux Césars en 1984. On trouve surtout au centre de ce documentaire un scénario resté inédit – La Liste noire – inspiré par la vie d’Isabelle Adjani et écrit pour elle, qui en aurait été l’interprète principale. Au dernier moment, elle refusa de tourner. Ce fut une véritable trahison, une grande déception ainsi que Guibert l’exprima dans certaines pages de A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie. C’est encore pour l’actrice, nous dit-elle, un «regret qui rend malheureux».

Peu de temps avant de mourir, sous l’impulsion de Pascale Breugnot, Guibert entreprenait le tournage d’un film, «son premier film» notait-il dans Le Protocole compassionnel. Avec La Pudeur ou l’Impudeur, il venait concrétiser un projet davantage littéraire que cinématographique, ce dernier ne se réduisant aujourd’hui qu’à l’ébauche que constituent la rédaction de plusieurs scénarios tirés de certains de ses romans.

Avec ce documentaire très juste, touchant et émouvant, Anthony Doncque réussit le tour de force de parler de cette présence spectrale qu’est le cinéma dans l’œuvre de l’auteur. Il révèle qu’Hervé Guibert n’était pas seulement un écrivain et un photographe, mais aussi un cinéaste en puissance qui n’aura pas eu le temps de dévoiler toute l’étendue de ses talents. Et son unique film, qui porte en lui, selon les mots d’Yvonne Baby, «la nostalgie de ne pas faire encore du cinéma», ne peut que nourrir les regrets et la frustration de ceux qui ont déjà pris conscience de l’importance de l’œuvre d’Hervé Guibert.



Arnaud Genon



Sortie Cinéma, Pays : Suisse, 2010

Sortie DVD : 20 Février 2011
Version : 1 DVD-9, zone 2
Format vidéo : PAL
Format image : Couleurs, 16/9 compatible 4/3
Format audio : Français stéréo
Sous-titres : Aucun


Bonus :
- Interview audio d’Isabelle Adjani (2010 - 10min.)
- Entretien avec Dominique Issermann et Agathe Godard (2010 - 7 min.)
- Entretien avec Arnaud Genon (docteur en littérature française 2010 - 6min.)

Disponible à la fnac à partir du 22 février 2011
L'auteur du compte rendu : Arnaud Genon est docteur en littérature française, professeur certifié en Lettres Modernes. Enseignant à Casablanca, il est Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University). Auteur de Hervé Guibert, vers une esthétique postmoderne (L’Harmattan, 2007), spécialiste de l’écriture de soi dans la littérature contemporaine, il a cofondé les sites herveguibert.net et autofiction.org. Il intervient dans les suppléments de cette édition DVD en tant qu'invité.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs