4 décembre 2010

J'ai décidé de faire ce qui me ressemble ", interview

Merci , Isabelle

Isabelle Adjani en couverture de Télé poche avec une interview exclusive ? Non, vous ne rêvez pas. C'est le beau cadeau que cette immense comédienne vous fait à l'occasion de la sortie de Raiponce, le dernier et génial dessin animé des studios Disney, dans lequel elle prête sa voix à une méchante ... hilarante ! Mais Isabelle Adjani, c'est aussi l'une des plus grandes professionnelles que j'ai cotoyées. En deux heures, nous étions d'accord sur tout : la couverture, les photos, l'interview. Pas d'exigence, pas de caprice , pas un mot de changé, rien, juste un merci de sa part. C'est plutôt nous qui devons lui dire merci, car dans l'interview qu'elle nous a accordée, elle s'est livrée comme rarement et je suis très fier d'offrir ce beau moment à tous les lecteurs de Télé poche. Que les pseudos vedettes qui se la jouent "star d'un jour, star de toujours" dans des émissions de télé-réavulgarité" en prennent de la graine, le mot STAR n'a rien à voir avec la notoriété. C'est avant tout une question de talent et d'attitude.

Eric Pavon, rédacteur en chef de Télé poche.



Quand vous étiez petite , vous réviez d'être une princesse ou une méchante sorcière ?
Isabelle Adjani : Princesse de chez princesse ! Celle à qui il arrive les plus grands bonheurs après tous les malheurs. Les méchantes ne faisaient pas partie de mon répertoire imaginaire .
Qu'est-ce qui vous a alors donné envie de jouer dans le dernier Disney ?
Mon personnage, mère Gothel , est une méchante très nuancée. Elle a beaucoup d'humour, d'exentricité, de tendresse aussi. C'est jubilatoire pour une gentille de jouer une méchante . Je pense qu'ils avaient besoin d'une actrice capable de faire des ruptures de ton avec une virtuosité vocale. mais je ne tenais pas à ce qu'on reconnaisse ma voix et que les spectateurs se disent : " Tiens, c'est Isabelle Adjani ! " Je voulais que ca soit une création, une composition.
C'est une méchante un peu différente de ce qu'on a l'habitude de voir chez Disney ...
Elle est désespérée, et c'est ce qui m'a intéressée. C'est une première chez Disney d'avoir une marâtre assez émouvante et même pathétique. J'ai adoré faire ça.
Le fait d'être seule face à un micro vous a-t-il dérangée ?
Pas du tout. C'était une expérience et il fallait se lancer sans inhibition, se jeter dans l'aventure animée comme si je rentrais dans l'écran. J'ai tout enregistré en une journée. J'ai dû faire une pause pour l'équipe technique mais , moi , je ne voulais plus m'arrêter ...
Quel est votre dessin animé Disney préféré ?
Le premier film que j'ai vu au cinéma était Blanche-Neige et les sept nains, je devais avoir 7 ans. C'était Place de Clichy et c'est un souvenir très fort. Je me rappelle de mon frère juché sur son siège pour encourager les nains à se presser pour sauver Blanche-Neige. Moi, je m'identifiais à Blanche-Neige, cette brune aux yeux bleus avec le teint si blanc. Mon fils ne cessait de me demander quand je ferais la voix d'un personage Disney. Maintenant, j'ai hâte qu'il voit le film.
Votre personnage est prêt à tout pour garder une jeunesse éternelle. Et quand on vous voit, on a l'impression que vous ne changez pas ....
Je sais, mais parfois, j'ai envie de m'excuser de ne pas etre assez fripée, de répéter : "Excusez-moi, excusez-moi!" Ma mère ne cessait de me dire : "Tant que tu n'auras pas trouvé l'amour pour toujours , que tu ne seras pas la plus heureuse des femmes, tu garderas pour toi, ce que l'on perd au fil des années." Ma mère a eu une apparence très jeune pendant des années avant de devenir tout d'un coup la vieille dame qu'elle était. C'est peut-être ce qui m'arrivera...
Vous avez l'impression de ne pas avoir encore trouvé le bonheur ?
Oui .... J'ai eu une vie très riche avec des moments de bonheur, mais une vie particulièrement heureuse, non.
On vous a vue récemment dans l'atypique Mammuth , puis maintenant dans un dessin animé. Ce n'est pas vraiment l'itinéraire classique d'une star de cinéma...
J'ai décidé de faire ce qui me plaisait sans me soucier de ce qu'on attend de moi. La liberté se paye très cher et j'ai payé ma façon de faire comme je l'entendais, de tourner, de ne pas tourner , de vivre ma vie hors des plateaux... J'ai décidé de faire ce qui me ressemble .
Avez vous le sentiment de rester une marginale dans le milieu du cinéma ?
De toute façon , je suis une marginale, malgré moi. Peut-être parce que je suis insaissisable. pourtant, je suis parfaitement abordable, très près des gens, meme si je suis solitaire. Je suis pleine de contradictions. je n'appartiens à aucune chapelle, aucune famille, aucun clan. Je ne dois rien à personne, j'existe par mes propres moyens qui ont toujours été les mêmes: la sincérité, une forme de fantaisie, un goût pour la tragédie dans le jeu, préferer ma vie au cinéma... Et puis changer d'avis. Alors, c'est un peu difficile pour ceux qui veulent tout classer, tout consigner.
Est-ce pour cela que vous étiez devenue rare au cinéma ?
Oui, j'ai toujours fait passer ma vie amoureuse ou familiale en premier . Je me suis toujours laissée embarquer par la volonté de vivre la vie comme elle se présente. Je ne veux pas me dire : "Si je ne tourne pas, les gens m'ont m'oublier.' Je ne me suis jamais lancée dans le travail pour fuir la réalité. J'aime rêver dans la vraie vie. Si je peux éviter de travailler, je suis très contente. Aujourd'hui j' ai réussi à concilier les choses .
Comment interpréter le fait que vous travailliez beaucoup en ce moment ?
Mon plus jeune fils est adolescent et habite chez son père, l'acteur Daniel Day-lewis, en Irlande . Cela me donne assez de latitude pour travailler. Sinon , j'aurais favorisé son éducation, car il a encore besoin de sa mère .
Pourriez vous à nouveau vous faire plus rare ?
Heureusement que des événemenst inattendus arrivent, mais j'ai construit une série de projets auxquels je tiens. Non, ça ne risque plus.
On vous a vue dans la journée de la jupe qui était un film plus social. Est-ce important de faire passer un message par le cinéma ?
Oui, ça ne me dérange pas du tout d'être un porte-drapeau si l'occasion se présente. Je ne trouve pas très généreux de la part de certaines actrices d'afficher leur manque d'engagement avec autant d'aplomb . Je ne suis pas une pasionaria mais on peut servir à interpeler. On ne doit pas se contenter d'être une interprète cosmétique, qui ne dépasse pas l'image. Je suis aussi marraine d'une association "Sauvons l'hôpital", pour faire en sorte que les centres de de santé ne ferment pas les uns après les autres. Les gens ne se rendent pas compte mais, bientôt , il va falloir se rendre à l'hôpital avec une carte de crédit et opas une carte vitale.
Il paraît que vous pouriez chanter un duo avec Carla Bruni ...
Oui, on ne l'a pas encore réalisé, mais c'est bien prévu, dans un album encore en cours de fabrication. On se connaît depuis longtemps. Elle est unique en son genre.
Entretien : Eric Bouche


Photo : Clémentine Naudet H&K

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Oh la la!!! Quel portrait magnifique!!! Un vrai cadeau de Noel!

Merci, Fred! En attendant le interview!

Inga a dit…

Cet interview et vraiment un cadeau!
J´attend le duo Isabelle-Carla!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs