1 décembre 2010

Adjani : "Je me suis amusée comme une folle" !

Pour le Parisien , Isabelle Adjani répond à quelques questions à propos de la sortie de Raiponce dans de nombreuses salles françaises...
Pour les  petits et les grands, ça annonce clairement Noël ...








Son fils, Gabriel Kane, le lui réclamait, Disney le lui a proposé, Isabelle Adjani a accepté : c’est elle qui double Mère Gothel, la méchante de « Raiponce », dans la version française. « J’adore le film », confie la star, éblouissante de drôlerie et de perversité dans le rôle d’une (fausse) mère abusive.


« En tant que spectatrice, vous êtes attachée à l’animation ?

ISABELLE ADJANI .« Blanche-Neige » est le premier film que j’ai vu en salle, à 7 ans, j’en garde un souvenir très fort. Mes parents nous avaient emmenés au cinéma de la place Clichy et mon frère était monté sur son siège pour encourager les nains! Je me rappelle aussi que pour « Mary Poppins », on avait fait la queue dans la neige…

On ne reconnaît pas toujours votre voix dans « Raiponce », c’est voulu ?

J’ai essayé de coller au plus près à la musique de la version originale, d’utiliser la théâtralité de ma voix. L’idée, c’était d’amener un côté Castafiore qui pète les plombs. Il faut aller dans l’excès. Un ami m’a accompagnée, quelqu’un qui connaît ma fantaisie, et quand il a vu les images, il m’a dit : « Fais comme tu fais dans la vie! » Je me suis amusée comme une folle. D’ailleurs, ils avaient prévu trois jours de travail et j’ai fini en une journée. Jouer une méchante, c’est un vrai défouloir pour une gentille.

Et pour les chansons, comment avez-vous fait ?

Je chante, mais il y a une grande professionnelle qui passe derrière moi. C’est un mélange de mon interprétation et de la sienne, on a fait un mix, parce qu’il y a quand même des envolées à la Broadway dont je n’ai pas la clé (elle rit) !

Mère Gothel, votre personnage, est une « méchante » à la fois drôle et monstrueuse…

Oui, elle est absolument sans scrupule, prête à tout pour atteindre l’immortalité, même à séquestrer une enfant et à la priver de jeunesse.

Ça montre un visage un peu tabou de la maternité, non ?

En effet, la jalousie des mères, qui peut parfois être poussée à l’extrême et détruire leurs filles. C’est très difficile d’éduquer une fille sans en souffrir et sans la faire souffrir, je vois ça avec mes amies… Heureusement que j’ai des fils, j’aurais pleuré tous les jours !

Il n’y a pas de prince charmant dans « Raiponce », ça vous inspire quoi ?

Je trouve très sain que Disney change de cap. Dans le film, Raiponce et Flynn sont des partenaires égaux, il n’y a pas cette notion du prince charmant qui vous révèle à vous-même, à votre féminité, à votre sexualité. C’est pas plus mal de montrer moins de soumission… et d’attente !

La petite fille en vous est-elle proche ou lointaine ?

Quand je regarde les photos de moi enfant, je vois la même chose dans les yeux, et je ne suis pas la seule. Je crois qu’elle vit bien. De mieux en mieux. On passe sa vie à essayer de guérir de son enfance, mais ça ne signifie pas la faire disparaître, au contraire. »

Merci à Taz

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs