7 avril 2010

Souvenirs d'Axelle

Comme c'est agréable de  parcourir ce blog sur Isabelle Adjani, d'y voir des images d'archives, des interviews, d'y lire ton ressenti après l'avoir rencontrée. J'ai épluché toutes les pages d'internet possibles et imaginables sur Isabelle pour y lire toutes les interviews qu'elle a données qui sont recensées sur le web.
Ses interviews me fascinent. Je trouve son phrasé admirable, remarquable, elle a une réelle maîtrise du français, on s'abreuve de ses dires, elle sait aussi composer de jolies maximes au détour de jolies phrases bien bâties. Quelle intelligence et quelle sensibilité qui ressortent de ses propos !



J'ai 28 ans. Je fais "partie" de la "génération Reine Margot", pas de celle de "L'histoire d'Adèle H." ni de "Camille Claudel". Pour moi Adjani ce ne fut longtemps que Margot, pas Elle ni Camille ni Adèle ni Helena.

Cannes 1994, mon père était à l'hôpital, j'avais 12 ans et demi. C'était triste à la maison, tout le monde avait du chagrin. A la télévision, aux journaux, on parle d'une certaine Adjani, partout, tout le temps.
Son nom et son visage me disent bien vaguement quelque chose, vers l'âge de 9 ans j'avais vu Subway (ca m'avait fait rire le type en patins à roulette et la coiffure punk iroquoise de cette brune toute mince aux grands yeux bleus) et quelques autres films dont je ne me souvenais que de quelques scènes, quelques éclats de rire, sans même me souvenir de leurs titres.

Je n'avais pas vu ses grands rôles "L'été meurtrier", "Camille Claudel", "L'histoire d'Adèle H.". Par contre ce titre très étrange et très attirant à la fois , "L'été meurtrier", je l'avais toujours gardé dans un coin de ma tête.
Et puis ma mère, pourtant très peu intéressée par le monde des "people" se met à me parler d'Adjani, me dit qu'elle a son âge, qu'elle a vu quand j'étais encore une toute petite fille "l'été meurtrier" au cinéma avec mon père, que pour elle c'est une actrice au talent exceptionnel, qu'elle est la plus douée de nos actrices, que c'est aussi une femme engagée et courageuse. Cet élan d'enthousiasme, qui m'étonne chez ma mère, m'enflamme, d'autant plus que les circonstances enferment mon coeur d'un voile de tristesse qui m'empêche de respirer normalement, à mesure que mon père se meurt.
Alors ma mère décide de m'emmener voir "la Reine Margot" au cinéma. Nous y allons, je suis bouleversée par cette femme très brune, à la peau très blanche et aux grands yeux bleus magnifiques. 12/13 ans, c'est l'âge où les jeunes filles en herbe commence à avoir besoin de s'identifier à des images de femmes, pour accepter leurs nouvelles féminités, grandir avec.

Adjani me donne soudainement un violent espoir, une volonté de croire en l'avenir, de rester enthousiaste, quoi qu'il arrive. Je suis émue, et je sens qu'elle fera toujours partie de mon coeur. Ma mère demande au directeur du cinéma, qu'elle connaissait, si il peut me donner son affiche géante de la "Reine Margot", une fois qu'il ne le passera plus en salle. Je reçois cette affiche sous le sapin de Noel quelques mois plus tard. Adjani dans sa robe blanche toute tâchée de sang, ornera sur un poster de plusieurs mètres ma chambre d'adolescente pendant de nombreuses et nombreuses années.


Cérémonie des césars 1995... Mon père est toujours à l'hôpital. Je suis seule devant mon écran. Adjani n'est pas là, mais Adjani fait vibrer la salle. Elle remporte le César pour "la Reine Margot", mon film, le film qui m'a redonné une foi en la vie, une volonté de me battre, un fol espoir.

Je suis émue aux larmes devant mon écran, je m'étais dit du haut de mes 13 ans que si Adjani gagnait ce soir, mon père serait peut-être sauvé. Tu sais quand on se dit "Allez si c'est pile, je gagne au loto, si c'est face je perds. Et tu lances une pièce en l'air en faisant semblant de croire que cela pourra changer ta vie".
Et...

Adjani gagne, elle m'aurait donné encore plus d'espoir dans la noirceur de ma vie si elle était apparue à l'écran, mais elle n'est pas là, le" vieux" Delon prend la parole à sa place pour dire qu'elle est enceinte de 7 mois et demi et qu'elle n'a donc pas pu se déplacer devant nous ce soir-là. Elle est enceinte, elle me semble encore plus féminine, encore plus femme, encore plus amoureuse, encore plus sexuelle, encore plus Reine Margot. Adjani gagne mais mon père meurt trois semaines plus tard. Adjani restera dans mon coeur.

Et puis, festival de Cannes 1997 nouvel enthousiasme, nouveaux rêves. Et puis, et puis .... Je ne sais, Adjani reste dans mon coeur mais ne s'y manifeste plus. Je revisionne "la Reine Margot" une petite dizaine de fois au cours de la décennie, mais je n'ai même pas la curiosité d'aller voir les quelques rares films qu'elle sort encore. Je passe à côté de "Diabolique", de "la Repentie", d'"Adolphe", de "Bon Voyage"... Adjani est-elle trop liée à ce père qui manque cruellement, ce père qu'elle m'a symboliquement accompagnée à voir mourir ? Doit-elle rester à jamais Margot ? Est-ce pour cela, pour qu'elle reste à jamais Margot, que je ne veux pas la voir jouer d'autres rôles, dans d'autres films ? J'aimerais lui écrire cela, le lien au père, l'amour du père disparu, le deuil difficile à faire, l'amour que son talent et son art m'ont apporté à un moment de grande détresse où je n'étais encore qu'une enfant. Elle dit "faire ce métier pour donner de l'amour aux gens"; Je pourrais lui dire combien elle m'a témoigné de l'amour à ce moment crucial de ma jeune vie.

Et voilà que je retrouve ma fée Adjani, ma reine, tout récemment, lors de son discours contre la Burqa. Bien que je remarque tout de suite qu'elle est plus ronde qu'avant, je la reconnais immédiatement; cette voix surtout que je trouve sublime, magique, très profonde et très riche. Pour moi Adjani, c'est aussi une voix, un timbre de voix inoubliable. Cette voix de la Reine Margot, inoubliable.

Je me mets à rechercher fébrilement tout ce que je peux trouver sur ma vieille amie perdue de vue depuis tant d'années, mais qui n'a jamais quitté mon coeur. La preuve, mon coeur se remet à battre à la chamade. Je visionne le discours des César 1989 et cela me scotche, quel courage, elle aurait elle-même pu se mettre en danger de mort en prenant faits et cause pour Rusdhie, j'achète l'album "De la chanson et puis c'est tout" de son fils aîné Barnabé Nuytten et je l'écoute en boucle, en quelques soirées à peine j'achète sur Amazon les dvd "L'été meurtrier", "L'histoire d'Adèle H.", "Camille Claudel", "Barocco", "Tout feu tout flamme", "Ondine", "Figaro", "La journée de la jupe", "Ishtar", "Mortelle randonnée", "Subway" et je revisionne une énième fois "La Reine Margot", je les regarde tous, un à un. Certains, très liés aux années 80 me donnent un pincement au coeur, ils sont à l'image de ma plus tendre enfance. "L'histoire d'Adèle H." me bouleverse, "L'été meurtrier" me poursuit pendant de nombreux jours. Je ne suis pas encore capable de regarder "Camille Claudel", il reste dans un coin en attendant que je me sente suffisamment forte pour le regarder. Mais depuis je suis déjà allée voir 10 oeuvres de la sculptrice dans deux musées différentes et son talent m'a émue jusqu'aux larmes.


Et puis les César 2010. Je retourne exprès chez ma mère, car elle possède un écran géant, je ne veux en aucun cas louper cet instant que je qualifie d'historique. Le jour même je force ma mère et son ami à regarder ensemble tous les trois "La journée de la Jupe". Ma mère, qui me disait "mais où est-elle donc passée depuis la Reine Margot ? Elle n'aurait pas du se couper de son public, elle paraît si hautaine que cela nuit à son talent, je ne la trouve plus très sympathique". Je la force à regarder ce tout nouveau film, "la journée de la jupe". Ma mère s'identifie soudainement à elle, la trouve très courageuse de se montrer comme cela sans fards, son talent et son honnêteté lui explosent d'autant plus au visage. Ma mère pleure à la fin du film, quand Sonia Bergerac tombe sous les balles des policiers. Isabelle s'est éclipsée devant Sonia. Je demande à ma mère pourquoi elle pleure. Elle me dit qu'elle est émue par l'histoire et qu'elle avait oublié à quel point Adjani est une actrice d'exception, sans doute la meilleure de France. Son ami et elle me disent en coeur qu'ils veulent revoir "L'été meurtrier" et la "Reine Margot", que "Camille Claudel" était un film à la fois profondément triste, presque traumatisant, mais inoubliable. La magie Adjani opère à nouveau. Ils se mettent à me parler des années 80, de la décennie Adjani, me racontent qu'elle était incontournable, à la fois si belle et intelligente, engagée et sensible, avec beaucoup de classe. Que ça me fait du bien.

J'aurais encore tellement à dire sur Isabelle Adjani. J'aimerais lui écrire, la rencontrer un jour aussi. Merci encore à toi, Fred.

Axelle, une fan de 28 ans d'I.Adjani

10 commentaires:

fredjani a dit…

C'est moi qui te remercie Axelle pour ce témoignage que tu m'as envoyé il y a quelques jours et qui m'a touché en plein coeur,c'est terriblement intime ce que tu nous racontes et en même temps , je suis content que tu le partages avec nous.
Encore merci à toi.

Anonyme a dit…

Merci pour ce beau témoignage Axelle !
Et merci à toi Fred de nous l'avoir fait partager...

Je pense qu'Adjani tient une place à part pour chacun(e) de nous. Même si paradoxalement elle n'est pas mon actrice préférée, principalement en terme de choix de films. Je lui préfère Deneuve ou Binoche... Mais Adjani a un "je ne sais quoi" que les autres n'ont pas.

Openingnight

Seabye a dit…

Merci beaucoup pour ce témoignage.
Ma propre expérience rejoint un peu la tienne et c'est troublant.
La Reine Margot tient une place particulière dans mon coeur également. Je suis originaire de St Quentin et c'est dans cette ville que fut tourné plusieurs scènes de la Reine Margot.
Toute la ville ne parlait que d'elle, sublime dans sa robe rouge sang. C'est comme ça que je l'ai découverte.

Inga a dit…

Isabelle Adjani sauvait ma vie beaucoup de fois. Et grâce à elle je pouvais croire, espérer et aimer!

Merci beaucoup Axelle, pour ce témoignage magnifique!

Anonyme a dit…

A mon tour de te remercier Axelle pour la sensibilité boulversante qui se dégage de tes mots.Tu dis des choses profondes.Je me reconnais dans ce que tu ressens.
Isabelle Adjani offre à beaucoup un supplément d'âme ,permet de ne pas perdre la sienne souvent , de ne jamais abdiquer sur sa sensibilité, son aspiration à vivre , à être , à la beauté des choses, à ne jamais renoncer.Merci Axelle, merci Fred.
karine

Anonyme a dit…

c'est un trés beau témoignage en effet avec un style parfait, tout en justesse et émotion sans fioriture!
Merci
fibu

Anonyme a dit…

Bouleversant témoignage, comme on aimerait en lire plus souvent. Merci Axelle.

Anonyme a dit…

magnifique texte d'Axelle, superbe! on a tous un affect des souvenirs marquants liés à Adjani et apparemment transgénérationnels, le propre des artistes, le lien avec le père,très intense ,c'est au travers de l'été meurtrier, avant qu'il ne meure, sinon, il était fan d'ia de toute façon, merci de cette lecture et des liens subtils qu'il tissent dans notre inconscient à tous! a

Revolution a dit…

Merci Axelle pour ce magnifique commentaire au sujet d'Isabelle Adjani, il est très émouvant. C'est vrai, c'est totalement vrai qu'elle a ce petit quelque chose qui permet de nous transporter, de nous faire oublier notre vie, de nous faire vivre dans le film dans lequel elle joue. Tellement que son talent déborde, elle ne joue pas le film, elle le fait vivre. On l'identifie à son personnage. Personnellement, quand j'ai vu " La journée de la jupe ", elle est resté Sonia Berjerac pendant quelque jour, elle a fait vivre, elle a fait exister ce personnage. Elle nous envoute dans un film comme aucune actrice Française n'a su le faire. Elle détient un talent insurmontable.
Le nom Isabelle Adjani est obligatoirement cité quand on me demande mes actrices favorites.
Une très grande Actrice Française, pas seulement pour ses haut talons.

Anonyme a dit…

c'est très émouvant de lire à quel point Adjani est présente dans l'imaginaire collectif et a marqué plusieurs générations.

merci à toi Axelle de ce récit touchant...

Djilali.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs