14 octobre 2009

Arte : Thématique La paloma adieu


Arte aime Isabelle Adjani, puisqu'après nous avoir offert le 25 mars dernier La journée de la jupe, puis en aout dernier L'été meurtrier c'est au tour de ce superbe polar : Mortelle randonnée, d'être à l'affiche de cette soirée thématique "La paloma, Adieu".

Programme de la soirée du 18 octobre sur Arte
Une distribution hors pair (Michel Serrault, Isabelle Adjani, Guy Marchand, Jean-Claude Brialy...), des dialogues admirables ciselés par Michel Audiard, pour cette oeuvre vénéneuse et crépusculaire signée Claude Miller.

20:35 Mortelle randonnée, durée 96 min (rediffusion le 19.10 à 1h00 du matin)

L'oeil est détective privé à l'agence européenne Surveillance. Quand il n'est pas en filature, il passe le plus clair de son temps à contempler une photo où pose sa fille en écolière, une enfant qu'il n'a jamais revue depuis que sa femme l'a quitté. La gérante de l'agence le lance sur une affaire apparemment banale. Des parents voudraient des renseignements sur la petite amie de leur fils, une certaine Lucie Brentano. Rapidement, l'oeil comprend que la jeune femme est une meurtrière et qu'elle ne s'appelle pas Lucie. D'étranges relations de père à fille s'établissent entre le détective et la criminelle - qui, après chacun de ses meurtres, écoute la chanson "La paloma". Témoin des assassinats que commet la jeune femme, l'oeil la suit de ville en ville, sans la dénoncer... Film fantasmatique et halluciné, Mortelle randonnée raconte l'histoire d'un homme qui s'invente une fille, substitut de la sienne, morte. Dans son rôle de personnage qui pousse l'obsession jusqu'à la déraison, Michel Serrault est remarquable d'ambiguïté.



Critique télé 7 jours : 7777 : Une magnifique adaptation du roman de Marc Behm. Polar métaphysique, ode à un amour fou et impossible. Serrault et Adjani y sont remarquables.

Critique nouvelobs : *** Certains, parmi les émules de Truffaut, aiment les beaux films malades, désignant par ces mots les oeuvres qui n'atteignent pas tout à fait leur but, en général parce qu'elles relevaient d'une ambition trop radicale pour ne pas souffrir des conditions de production. On tient souvent «Mortelle Randonnée» pour un de ces films en souffrance, qui n'a pas trouvé à sa sortie les spectateurs qu'il méritait. En réalité, ce quatrième film de Claude Miller est depuis longtemps réhabilité par le public de la télévision, qui le salue à chaque reprise. C'est dire que les amours étranges de Serrault, détective privé qui s'éprend d'Adjani, la mystérieuse voleuse qu'il est chargé de poursuivre, relèvent désormais du film-culte.
Produit par Charles Gassot, qui avait décidé d'investir dans le long-métrage l'argent gagné dans le cinéma de publicité, «Mortelle Randonnée» renouvelle et prolonge le tandem de «Garde à vue», dans lequel Miller, alors jeune cinéaste auteur, se pliait aux impératifs du classicisme pour creuser le portrait d'un suspect complexe, Michel Serrault. Tous deux s'entendent ici à bousculer la tradition en faisant semblant de la prolonger, et «Mortelle Randonnée», par sa complexité, ses zones d'ombre, le sentiment de culpabilité qui ronge le détective autant que la coupable, a sonné le glas du policier traditionnel. On regrettera peut-être que le scénario d'Audiard ne mette pratiquement pas en présence Adjani et Serrault. Mais telle est la loi de la chasse, où le chasseur ne touche qu'une seule fois son gibier, et toujours pour le pire.
Alain Riou


22:15 La paloma ,documentaire,durée : 88 min , redifussion le 26.10 à 9h55

Twist ou reggae, chant de marin ou protest song, il existe au moins deux mille versions différentes de la célèbre colombe. Voyage autour du monde pour comprendre le phénomène.


Il y a deux siècles naissait Sebastián Iradier. Ce Basque espagnol a composé l'une des rengaines les plus célèbres au monde, "La paloma". Une colombe pour symboliser la paix, l'amour et la nostalgie de l'exil. Ce message universel a fait vibrer la planète. Luciano Pavarotti, Placido Domingo, Maria Callas, Arno, Mireille Mathieu, Nana Mouskouri, Luis Mariano, Elvis Presley, Joan Baez... : sont les interprètes les plus prestigieux à avoir repris cet air dont la naissance remonterait à 1863. Des traductions circulèrent à partir de 1865. Le musicien allemand Kalle Laar dénombre deux mille versions de cet air, mais pense qu'il pourrait en exister le double ! Il a déjà édité quatre CD de cette colombe dans tous ses états. Si "La paloma" était au départ une habanera - Iradier l'aurait composée à La Havane -, elle a épousé les genres les plus divers : tango, marche, twist ou reggae. On raconte que l'empereur Maximilien du Mexique demanda à l'entendre au moment de son exécution. En Espagne et à Cuba, elle reste une valeur sûre. Au Mexique, elle est parfois devenue protest song. À Zanzibar, elle accompagne les mariages et, en Roumanie... les enterrements. En Allemagne, elle s'est muée en un chant de marin. Mais sous le IIIe Reich, la version un peu "éméchée" qu'en donna le chanteur Hans Albers, célèbre outre-Rhin, fut interdite par Goebbels.

23:45 La paloma ,film de Paul Martin durée :79 min, redif le 25.10 à 3h 00 du matin

Deux salles se disputent la même vedette pour interpréter "La paloma". Un délicieux moment de divertissement, avec Louis Armstrong en guest star.


Deux théâtres de variétés allemands qui veulent monter une comédie musicale autour de "La paloma" ont jeté leur dévolu sur la même chanteuse. Une lutte sans merci s'engage entre les directeurs des deux salles. Un savoureux cocktail d'imbroglios amoureux, de quiproquos et de querelles jusqu'à l'incontournable happy end, avec, en prime, la participation de Louis Armstrong.

Petite pensée à Tazyzas, Emma , fans de ce film ! ;-)

7 commentaires:

Anonyme a dit…

une longue description de deux beaux films! merci !quant à mortelle randonnée, j'en connaîs une qui va être ravie, Adèle H a

fredjani a dit…

J'en ai sûrement oublié beaucoup qui aime ce film (énormément) ...
Sinon, ca serait sympa de me donner la critique du film issue de votre magazine télé ...préféré !
merci par avance !

Anonyme a dit…

Sans doute mon film culte d'Isabelle Adjani... Un bonheur en perspective... même si j'ai du le voir une cinquantaine de fois !

Philippe Niels

Adèle h a dit…

Critique Télérama
"Détective paumé, l'Oeil tombe sur Catherine, une criminelle chic et changeante. Il identifie la belle névropathe à sa fille disparue et la traque sans grande discrétion.
Ce film repose avant tout sur le monologue sec et grommelant de l'Oeil, père déchiré, personnage ricaneur se berçant d'illusions pour conjurer la vérité qui le blesse. S'inventant (pour survivre)un monde où seule l'enfance, aussi bafouée qu'imaginaire, est préservée. Un thème cher à Claude Miller, qui dépossède ici le polar de sa criminalité calculée, pour laisser virevolter les manèges enchantés. Fée-vampire, orpheline exsangue, la meurtrière n'est ici qu'une gamine capricieuse, princesse au petit pois qui s'échine à montrer ce qu'elle veut cacher. Les femmes ont des photos de boxeurs dans leurs armoires, et les hommes, de petite filles sages. Formidables, les rôles secondaires (Geneviève Page, Stéphane Audran, Guy Marchand) rendent cette toile d'araignée encore plus absurde." Marine Landrot

Adèle h

fredjani a dit…

Je ne sais pas vous, mais entre alain Riou et Marine landrot, je les trouve drôlement bien inspirés pour faire de telles critiques... avec toutes ces références pour la dernière aux chansons d'Isabelle Adjani... vraiment exaltant de les lire...
Oui, oui je vais encore me répéter, mais je ne fais que ce blog pour le plaisir de partager cela aussi, sinon quel intêret .... merci adèle ...

fredjani a dit…

C'est incroyable quand même que pour une thématique liée à La paloma, arte ait diffusé la version "écourtée" de 16 min, alors que la version longue contient justement une version chantée en allemand (disque vynile écouté par Serrault), puis une version chantée par M serrault, puis un fond sonore qd les 2 escrocs déchirent les photos de l'Oeil...
Et puis beaucoup de scènes légères ont été enlevées (phrases ou situations amusantes...), sans oublier que 2 morts ont été purement enlevés des scènes... et enfin pas mal de scènes avec Isabelle ont été écourtées , voire supprimées .
J'avais complètement occulté cette scène où elle est derrière la porte dans un motel et elle supplie son père de la faire rentrer...on aurait dit une scène de ...l'été meurtrier... C'est étrange , nan ?
Bref si vous le pouvez regarder le film en intégralité .

Anonyme a dit…

déjà,merci Adèle d'avoir transcris la critique de télérama de ce film extraordinaire,fred un plaisir de lire ton long com,c'est vrai que la scène couloir est dans le ton déchirant de l'été meurtrier, du thème père -fille, mes2 films préférés!!! vrai que des versions expurgées enlèvent tout le piquant, tout le mordant, tout le brio du film, c'est stupide Nous sommes nombreux à l'avoir vu plusieurs foi, quand on aime,on ne compte pas!! a

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs