27 mai 2009

Nice-matin, l'interview

Interview Nice-matin

Lien sur le site Nice-matin




Visage de poupée, port de princesse. Elégance et gentillesse. Et puis ces yeux bleus.Evidemment... Isabelle Adjani. La star est de retour, le mythe est éternel. «Je souhaite casser mon image », dit-elle. Pas facile de briser une icône. On la disait distante, hautaine? Elle nous reçoit dans sa chambre du Martinez. Avec un peu de gêne, presque timide.
Ce soir, Isabelle se « contentera » de remettre la Caméra d’or à un jeune réalisateur pour son premier film. Avec humilité, et authenticité. Comme si tout devait recommencer. Sans vouloir sortir à tout prix de l’ombre, pour s’accaparer toute la lumière. Mais l’actrice aux quatre Césars se faisait trop rare. Et la « reine Margot » est décidée à remonter sur son trône, au royaume du septième art. Sans rien renier de ses engagements. Sans rien sacrifier de sa vie intime. Mais avec le désir brûlant de redevenir femme de cinéma, dans tous ses états. Possession ? La fièvre nous reprend déjà... Interview.



Prix d’interprétation en 1981, Présidente du 50e festival en 1997. Vous avez tout connu à Cannes ?
« (Sourires). On se demande encore ce qui reste à faire ! C’est toujours un plaisir de venir lorsqu’on se sent désirée. Gilles Jacob a une petite affection taquine pour moi : il doit me trouver mascotte car il me demande souvent. »


Ce soir, on vous annonçait pour remettre la Palme, ce sera finalement la Caméra d’or ?« J’ai déjà remis une Palme d’or pour Epouses et concubines et La Leçon de piano, je n’allais pas remettre ça. La Caméra d’or constitue un joli prolongement à La Journée de la jupe, dans mon souci de révéler de jeunes réalisateurs avec de petits films qui doivent sortir de l’ombre. »

Les rumeurs évoquent des tensions avec la présidente Isabelle Huppert ?« Quelle idée ! Le côté Cancannes, ce n’est pas ma tasse de thé. Pour moi, toutes les actrices ont chacune leur place, leurs rôles et leur carrière. C’est formidable qu’Isabelle Huppert soit présidente du jury, c’est même la moindre des choses. S’il y a des frictions, ça ne me concerne ni de près, ni de loin. Cannes est le plus grand des festivals, mais en même temps, c’est la foire aux commérages. »


Votre meilleur souvenir ?
« Quand j’ai eu le prix d’interprétation pour Possession et Quartet, par superstition, je n’avais pas prévu de robe. C’est la femme de Donald Sutherland qui m’a prêté la sienne, blanche à dentelle, quelque chose de très virginal pour ma première fois, sans effet d’épat’. »

Votre pire souvenir, la « grève des photographes »(1) en 1983 ?C’est censé être le pire, mais en réalité, c’est un mal pour un bien. Dans l’ancien palais, les photographes avaient été interdits d’accès à la salle, et ils m’ont un peu prise en otage pour protester, car ils savaient que je n’étais pas fan des photos. Gilles Jacob ne m’avait pas prévenu et lorsque je suis arrivée sur les marches, après un bain de foule, j’ai été stupéfaite. Mais j’ai dit à Jean Becker en crise de colique néphrétique : « C’est pas grave, ce sera dans ma bio plus tard ».

Vous avez aussi été la cible des paparazzi ?« Personne n’a été épargnée, je ne peux pas me plaindre plus que les autres.
C’est un type de traque, mais c’est du business, une disgrâce pour celui qui fait la photo comme pour sa proie. Mais j’ai quand même connu un temps où l’on était plus tranquille. »

Vous semblez toujours pudique à vous montrer en public.Comment l’interpréter ?« Chez moi, c’est un peu culturel. Mon père algérien me disait toujours : “Te fais pas remarquer, ne dis rien, ne te montre pas trop”. Depuis, j’ai une réserve naturelle, je suis toujours obligée de faire un effort pour m’exposer. En même temps, c’est le chemin à parcourir pour être actrice, un parcours initiatique. »

On vous pressent d’ailleurs dans cinq films dans les mois à venir ?« En octobre, je tourne De Force, un policier d’action avec un script du tonnerre. Puis je co-produis Imposture sur papier glacé dans l’esprit du Diable s’habille en Prada, où je suis la rédac’ chef d’un journal people, qui n’existe même pas tellement elle est méchante.Ça m’amuse à la folie. Et puis, j’ai Mammut du duo de Groland avec Gérard Depardieu, un film social à la fois très drôle et très émouvant. Depardieu m’a d’ailleurs fait dire que j’étais son amour de cinéma : il y a un truc de particulier entre nous, et nos rapports sont très doux. »

On ne vous attendait pas forcément là, dans tout ça. Votre vrai retour au cinéma ?« Pour moi, le cinéma a toujours été une profession de foi, je n’arrive pas à faire ça comme un boulot normal. Il me faut une conviction, un challenge. Aujourd’hui, j’ai envie de casser mon image. Et j’ai désormais organisé ma vie personnelle pour me consacrer davantage au cinéma, en refaire une priorité. J’ai inversé les pôles. »

Quand on vous dit que vous étiez trop rare ?« Bien sûr, j’ai laissé passer des opportunités fabuleuses, mais c’était un choix. C’est dans ma nature d’être en accord avec moi-même, sans jamais lâcher ceux qui ont besoin de moi. Mais cet état d’esprit-là nourrit aussi l’humanité de mes personnages. Et quand le public me dit que je lui ai manqué, je lui répond : “Vous aussi” ! »

Bref toujours des rêves de cinéma ?« Oh oui, j’en ai toujours plein. Tourner avec James Gray, Ken Loach, Audiard ou mon préféré, Paul Thomas Anderson... »

Cette passion ne relègue pas au second plan votre engagement en faveur des minorités visibles, notamment dans les médias ?« Absolument pas. Il faut veiller à favoriser cette ouverture, même si j’ai une position très ambivalente par rapport à la politique des quotas. Mais il faut arrêter de donner systématiquement des rôles de voleurs aux Arabes, par exemple. Certaines causes, comme le rejet du test ADN pour le regroupement familial, ont besoin de figures qui parlent à l’imaginaire social. Quand il le faut, je dois aussi incarner ce rôle-là. »
Alexandre Carini
(1) Suite à l’annulation de la conférence de presse pour l’« Eté meurtrier », les photographes avaient posé leurs appareils à terre et tourné dos à l’équipe du film, lors de la montée des marches.

Photo Nice Matin

Merci à tazyzas pour le lien

1 commentaire:

Anonyme a dit…

juste un petit Aparté,cela serait bien que certains internautes tressent leurs petits poils dans la main,et poste un com, eh....n'abattez pas vos foudres sur moi, pauvre chose, moi, je l'ose , merci, Fred!!!a

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs