3 mars 2009

Tv grandes chaînes "J'habite les beaux quartiers, mais..."





La comédienne revient à l’affiche dans La Journée de la jupe, où elle joue un rôle à sa démesure: celui d’une prof à bout de nerfs qui prend sa classe en otage.









Qu’est-ce qui vous a convaincue d’incarner Sonia Bergerac ?
J’ai aimé que le film commence au moment où l’histoire atteint son paroxysme. Il n’y a pas de présentation de la classe ni de la professeure, on est au coeur de la crise, quand tout bascule. C’était un pari risqué, un challenge. Je savais que ce serait un moment de violence d’une heure et demie.
La tension devait être palpable sur le plateau de tournage…Oui, mais ce n’était pas de la mauvaise tension. Les élèves avaient répété deux mois auparavant car, financièrement, nous n’avions pas les moyens de perdre du temps sur le tournage. Je suis partie du principe que leurs parents me connaissaient peut-être, mais pas eux. Ils devaient me voir uniquement comme leur professeure. Je les ai rencontrés le premier jour, ils m’ont appelé « madame », et ce jusqu’à la fin. Au début, ils me toisaient, du genre « On va voir ce qu’on va faire de toi ». Ils ont vu que je faisais mon travail honnêtement, sans chercher à faire copain-copain. J’ai ainsi gagné leur respect.

Cette prof, vous la comprenez ?
Oui. J’ai rencontré des personnes qui m’ont confié avoir connu pareils moments d’agression. Ils auraient pu basculer comme Sonia. La mère de mon compagnon était enseignante et a vécu une situation identique, mais avec un couteau. Nier l’éventualité d’un tel scénario serait très regrettable. Je comprends donc Sonia. D’autant plus qu’elle essaie de convaincre ses élèves de l’importance de l’éducation. C’est sous la menace qu’elle peut enfin faire son cours.


Ce film a-t-il révélé des réalités que vous ne soupçonniez pas ?
Même si je vis dans les beaux quartiers et que mon fils est dans une école privée, je n’ignore pas ce qui se passe. Je suis proche de la réalisatrice Yamina Benguigui, qui m’emmène sur le terrain. Je sais que les filles mettent des pantalons pour être tranquilles à l’école car leur féminité est perçue comme provocante. En revanche, j’ai été sidérée par la façon dont le personnage de Mouss récupère le Coran pour instrumentaliser les autres alors qu’il n’est pas croyant.

Vous êtes une citoyenne engagée. L’audace politiquement incorrecte du sujet a dû vous plaire…
Je voulais prendre le pari qu’il donnerait à réfléchir sur la politique de la ville et sur les problèmes de cette troisième génération en quête d’identité. Les moyens dont elle dispose mènent à la désintégration plutôt qu’à l’intégration. On a laissé ces jeunes s’enfoncer dans l’errance. Il y aurait tellement de choses à faire… Mais je ne suis pas secrétaire d’État !

Vous qui avez vécu en banlieue, à Gennevilliers, êtes-vous choquée par la manière dont les choses ont évolué ?
On a mis des gens à part dans l’arrière-cour des grandes villes, on les a stigmatisés. Ce qui arrive aujourd’hui était donc inévitable. Marseille a mis en place une politique de la ville assez extraordinaire, avec un programme de mixité sociale dans les immeubles : un logement social face à un appartement occupé par un médecin. Ce type de rassemblement peut faire bouger les choses.

Vous vous faites rare sur le grand comme sur le petit écran. Est-ce par choix ?
Je ne me soucie pas du tout d’enchaîner film sur film, même si je sais que ce n’est pas politiquement correct dans cette profession. J’ai toujours privilégié ma vie privée. Sincèrement, je ne sais pas comment font les autres mais moi, peut-être parce que j’ai toujours été un peu chef de famille depuis l’adolescence, j’ai besoin d’être présente pour les miens. De même, si j’ai une belle histoire d’amour à vivre, j’y vais. Et puis je retourne travailler pour gagner ma vie.


*********************************
YANN EBONGÉ, ALIAS MOUSS

Le méchant malgré lui. Nous avons tous été recrutés lors d’un casting sauvage, puis coachés pendant un mois afin de travailler la concentration et la sincérité. Être le méchant de l’histoire m’a quelque peu dérangé au début, j’avais du mal à me mettre dans un tel état de violence et je n’osais pas frapper assez fort Isabelle Adjani ou sa doublure. Ce film reflète vraiment notre realité, j’ai déjà vu un flingue dans l’enceinte de l’école… Moi, je ne suis pas un caïd, je poursuis mes études et je veux réussir.


SARAH DOUAU, ALIAS FARIDA

Bluffée par la prof Adjani.Je ne savais pas qui était Isabelle Adjani. Un jour, j’ai eu un problème avec mon texte pendant la scène du viol sur la vidéo. J’ai craqué, j’en ai pleuré. Elle est venue me voir, elle m’a parlé pendant une demi-heure, et j’ai réussi en une seule prise. Elle était tellement sincère en récitant son texte sur l’école et notre avenir qu’on ne pensait plus aux caméras. Il n’y avait plus de tournage, c’était juste la prof et les élèves. Même en cours, je n’écoute pas comme ça!
PROPOS RECUEILLIS PAR KARINE LANGLOISSur ARTE le vendredi 20 mars à 20h45

Sortie cinéma le 25 mars.

Grand merci à Tazyzas et Michel

1 commentaire:

Anonyme a dit…

idem,un grand merci à Tazyzas et à Michel,touchée par le récit de la jeune actrice en herbe,qui a mis en lumière, l'humanité et la générisité d'Isabelle Adjani.Le tournage a été très intense pour tous les jeunes,et le résultat est super,vivement le 20 mars! a

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs