18 mars 2009

Vosges matin, part 1

Interview : " j'ai toujours été patriarche " (part 1)


Interview qui accorde une grande place sur les projets à venir de l'actrice , et ils sont nombreux .
A lire ci-dessous ou sur le site de Vosges matin



 
"Je suis devenue actrice avant même de prendre un seul chemin dans la vie, c'est le destin", dit Isabelle Adjani, "On est venu me chercher à l'école pour mon premier film, ensuite j'ai enchaîné, je n'avais pas les codes, je ne savais pas ce que c'était que ce métier, ça s'apprend".

Président du Festival de Cannes, Gilles Jacob estime que la comédienne n'a pas fait la carrière magnifique qu'elle mérite. "Il a raison, mais c'est sûrement un peu de mon fait", dit-elle. "Dans ma vie, ce qui m'a empêché de faire des films, c'est les enfants, la famille, mes parents, ou l'amour aussi ; j'ai pu me retrouver malheureusement un peu trop ressemblante à certains des personnages que j'ai pu interpréter, c'est-à-dire un peu trop exténuée par la passion amoureuse, et dans ces conditions on ne peut pas tourner."

"Les autres avant moi"

L'actrice se fait rare à l'écran, mais c'était pour être plus proche de ses deux fils, Barnabé (28 ans) et Gabriel Kane (13 ans). "Je ne me suis pas lancée comme l'aurait fait toute ambitieuse qui se respecte. Je crois sincèrement que pour être une actrice avec une carrière qu'elle mérite, il faut de la chance, mais aussi beaucoup de liberté, et pas de responsabilités, or j'ai toujours eu des responsabilités, j'ai toujours été un chef de famille, un patriarche même, je me suis occupée de tout le monde tout le temps, j'ai fait passer les autres avant moi, ça ne fait pas de moi une sainte", sourit la comédienne.

"C'est vrai que je travaille moins que les autres, parce que je passe beaucoup de temps chez moi", dit-elle, "Pour moi, ce n'est pas possible de partir faire un film sans voir mon fils pendant trois mois. Je ne sais pas comment font les autres actrices, si les nounous arrivent à les remplacer, ou si elles ont un mec formidable à la maison, qui tient le gouvernail quand maman n'est pas là. Mais nous ne sommes pas la profession la plus stable sur le plan sentimental et conjugal".

"Une place à part"

"Ce n'est pas un métier que je fais pour l'argent ou être célèbre, j'ai envie de faire des choses inattendues", affirme Isabelle Adjani, "Je vais essayer de m'organiser pour l'année qui vient, parce que j'ai pas mal de projets". L'actrice a ainsi pris une option sur le livre de Catherine Rambert, "Imposture sur papier glacé", qu'elle fait adapter : "Une comédie de mœurs sur les people, qui peut être amusante à faire". Elle se réjouit de travailler avec les "Grolandais" Benoît Delepine et Gustave Kervern (coréalisateurs de "Louise Michel") : "Ils m'écrivent un film, ce qui m'enchante ; quand ils seront prêts, je serai prête pour eux». Il y a aussi un projet avec Yamina Benguigui, «Elle est en train d'écrire le scénario", et un autre film dont le tournage devrait commencer en juin.

Le théâtre ? "Pourquoi pas, j'adore ça, mais en ce moment ça m'empêcherait de faire des films", répond-elle. Et puis il y a encore cet album de duos enregistrés avec Étienne Daho, Christophe, Seal, Akhenaton... produit par Pascal Obispo : "Il est fait, mais il ne veut pas le sortir dans l'état de l'industrie du disque actuel, il cherche une idée pour le diffuser". "Sans mégalomanie", Isabelle Adjani veut "occuper une place à part". La sienne.

P.T.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

d'abord,merci pout cet article,à retenir le mot magique,comme un talisman- projets ! on projette des pensées positives pour leur concrétisation!!a

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs