26 novembre 2008

Adjani la rebelle - Part 3

Adjani la rebelle-Première n°119-Fev 87-(part 3)















Première : Vous vous êtes beaucoup impliquée, cette année, dans des causes humanitaires : la campagne contre la faim, le soutien de SOS racisme...

I.A. En m'impliquant, j'ai reçu des réponses. Pas toujours ce que j'attendais. Ces positions se sont imposées à moi. C'est un chemin qui se trace tout seul. Il n'est pas question pour moi d'échapper aux évidences. De toute façon, si on réfléchit, il ne faut rien faire. Jamais. Tout est mauvais. Sortir la tête du rang, c'est prendre le risque de se faire décapiter. Mais, si je m'étais tue, si j'étais restée immobile, je ne me respecterais plus, ni en tant qu'être humain, ni en tant qu'artiste.

P. Vous êtes pas étonnée de voir que ce sont toujours des étudiants que partent les mouvements de changement ?

I.A. Non, je trouve ça assez logique. Ces mouvements partent toujours de ceux qui n'ont pas encore conscience qu'ils peuvent avoir quelque chose à perdre...

P. On a l'impression que vous gérez votre image médiatique, de la même façon que les grands studios hollywoodiens organisaient la promotion de leurs stars...

I.A Je ne m'identifie pas à ce que je fais pour les médias. je suis l'actrice française qui, de sa propre volonté, tourne le moins. C'est une question de choix, de rythme. J'envoie des signes, je fais des apparitions publiques, je fais des photos, témoins de ma présence physique. Peut être n'ai je pas tout à fait pris conscience de l'extraordinaire pacte que le public a fait avec moi. Je m'aperçois qu'il ne se contente pas de photos de mode...Le public a besoin de pénétrer l'âme. C'est la leçon de cette semaine ....(propos tenus suite à la rumeur qu'Isabelle Adjani avait le sida)

P. D'après vous comment la rumeur est-elle née ?

I.A. Il y a d'abord une actrice qui s'est bien amusée à Cannes, cette année, j'en suis certaine. Mais elle oublie que l'effet boomerang existe...Cannes est un milieu où des gens hystériques racontent n'importe quoi. Les canulars existent, circulent , et trouvent vite des relais. Dans le monde entier. Les relayeurs sont des proxénètes des trouilles. C'est drôle de penser que, quand j'ai arrêté Mademoiselle Julie , j'étais réellement anémiée, et à la clinique. Et la presse disait "elle n'a rien du tout"...
Il y a une enquête , mais ce n'est pas moi l'inspecteur. La rumeur, je n'en ai pas accepté le scénario au départ. le tournage n'a que trop duré, neuf mois...En plus, c'est moi qui ai payé. Et je n'ai même pas été nominée...

P.Comment ont réagi la profession,les comédiens ?
I.A. Il y a eu, comme toujours, des gens bien et des gens pas bien ...

P.Pourquoi ne pas avoir tout démenti en bloc ?

I.A. D'abord, il n'y a pas de bloc. C'est le problème de l'erreur judiciaire, avec ses juges et ses témoins. Sauf que là, il s'agit d'une erreur médiatique. Pendant longtemps répondre a ressemblé à répandre...
Que démentir ? Démentir quoi, de toute façon ? Le mensonge évident ?L'invention , Le phantasme ? De toute façon, ce phantasme était plus fort que la réalité. La seule injonction à laquelle je réponde, c'est celle que je me suis donnée à moi-même : l'obligation d'équilibre. J'ai décidé de ne pas être atteinte...

P.Quel est votre impression aujourd'hui, après votre passage d'hier soir à la télévision ?

I.A. C'est de voir à quel point les gens qui ont marché à cette fabrication morbide, à ce coup monté, ont été choqués de réaliser combien ils ont été dupes. Je parle même de ceux qui colportaient la rumeur, sans malice particulière, dans les dîners et partout ailleurs, juste parce c'était dans le vent. A travers une telle aberration, beaucoup de gens ont compris que la rumeur peut aussi les les attaquer un jour, au sein de leur milieu, de leur travail, et de leur famille, et pourtant , ce phénomène n'est pas nouveau...
Mais j'ai déjà assez perdu de temps avec ces histoires, passons à autre chose...

à suivre...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

de quelle actrice s'agit-il quand elle parle de cannes et de la rumeur???

Anonyme a dit…

c''est vrai,il faut fermer les yeux et les orreilles pour ne pas être infecté par les médiôcres et leurs relents pestilenciels et purulents,juste regarder le ciel et voir se dissiper les rumeurs comme de légers flocons emportés par le vent à l'horizon dedevenu bleu a

fredjani a dit…

c'est vrai que je m'étais posé la question ...mais je ne posterai pas de réponse. Si Isabelle Adjani avait voulu le dire, elle l'aurait fait...et elle a toujours eu cette élégance de ne pas le faire, alors pas de réponse postée comme ca à la légère et sans pseudonyme...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs