5 août 2008

Adjani la rebelle Premiere 119, prologue





Interview de Michele Halberstadt - Photos de Marianne Rosenthiel
Paris , le 19 janvier. Son visage est à la Une de tous les quotidiens. Hier soir on l'a vue au journal de 20 heures. En quelques minutes, elle a fait de cette apparition émouvante, un événement national...
Ce matin, dans la rue où elle habite Isabelle Adjani, les paparazzi sont là, nombreux, emmitouflés et grelottants, bardés d'appareils photo, grignotant des sandwiches sans enlever leurs gants...



Dans l'appartement d'Adjani règne le calme, mais la sonnerie des téléphones, bien que feutrée, crée une tension permanente...Je m'attends à voir un Isabelle sous pression : entre les rumeurs, les photographes, les questions pressantes, ce n'est sûrement pas le moment pour donner une interview...
La porte s'ouvre et immédiatemlent je réalise qu'Isabelle Adjani est plus forte que tout cela. Joyeuse,rayonnante,détendue, elle se lance dans l'entretien, avec détermination. Elle parle rarement, mais quand elle se décide, elle joue le jeu franchement : elle répond à tout , même aux questions qu'on a pas posées...Et elle le fait sans se dérober, en vous regardant droit dans les yeux, comme pour vous défier de toute franchise. Les turbulences ne parviennent pas à l'entamer. Au contraire , elle parvient même à y puiser une énergie, une vitalité formidable.
A part un beau rôle, trop bref dans Subway, Isabelle Adjani n'a été la vedette d'aucun film, depuis l'été meurtrier en 83. C'est le plus gros succès de sa carrière. D'ailleurs, lorsque récemment, ce film a été diffusé à la télévision, il a battu les records d'audience. D'habitude un tel succès ne peut qu'encourager un acteur à retrouver très vite le chemin des studios. Cela n'a pas été le cas pour elle...
Et pourtant la 1ère chose qu'il ressort de cette interview , c'est l'amour qu'isabelle porte au cinéma. Un amour profond , entier, définitif. Un amour en manque de grands films, de beaux sujets, de vrais rôles, mais en aucun cas un amour déçu. Même quand elle tourne peu, la star adjani regarde la vie, et le cinéma, avec des yeux d'artiste...
Cette année entre la sortie d'Ishtar, le tournage de Camille Claudel , et sans oublier la présidence de la commission d'avance sur recettes, jamais elle n'aura été aussi présente, plus impliquée, cinématographiquement, et humainement : la campagne contre la faim, la lutte contre le racisme... l'artiste n'oublie pas qu'être personnage public, cela permet aussi de parler au nom de ceux que l'on entend pas....
Quant aux rumeurs, aux calomnies, elles auront apporté à Isabelle Adjani un beau cadeau : la preuve irréfutable que son absence a créé une frustration, un manque. Que derrière ces exaspérations morbides, il y avait aussi l'envie de la voir reprendre sa place sur les écrans du cinéma. C'est bien ainsi qu'elle l'a compris.
Comme elle le dit elle même : "Décidément,il vaut mieux que je tourne..."
M.H.
Entretien à suivre...

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Vrai qu'après un chef-d'oeuvre, il y a un phénomème de décompensation,du moins dans l'interview présentée, dans celle-ci, on nous présente une Isabelle active, revendicatrice des droits de l'homme, telle que nous la connaissons, et à la fois hyper-équilibrée,et ce qui est omis dans cette interview dont il est prévu une suite, hypersensitive, vrai que déjà elle créait une absence obsédante,comme disait si joliment un journaliste! en tout cas présentement, je la trouve fidèle à son public et ne reculant pas devant des prises de risques,courageuse et rebelle Isabelle! a

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs