10 avril 2008

Mademoiselle Adjani... La beauté simplement !


Pour son N°1, le mag fait très fort avec l'interview d'Isabelle Adjani ...un vrai régal !!!

Qui n'a au moins une fois dans sa vie, rêvé de passer quelques instants avec unestar ! Et quand cette star s'appelle Isabelle Adjani c'est le summum. La seule star française à avoir obtenu quatre Césars et à avoir été nominée aux Oscars à plusieurs reprises. C'est au cours d'un entretien empreint d'une réelle convivialité que nous avons recueilli ces quelques confidences de l'actrice préférée des français.Un sourire adorable, des yeux inoubliables et une sincérité hors du commun. De temps à autre un éclat de rire, une légère hésitation et le coeur à nu, avec unevéritable envie de communiquer et de répondre à nos questions.L'homme le mieux armé dans ce genre de confrontation, ne peut décemment ensortir indemne. Il m'a fallu trois jours pour digérer le charme inégalable qui a opéré sur moi dès les premiers instants de notre rencontre. J'ai parlé avec une éternelle adolescente, pleine de douceur, de sensibilité et avec un coeur gros"comme ça". J'ai été frappé par l'humanité qui se dégage de cette femme aux multiples facettes. Tour à tour actrice, femme, maman, mais avec en trame de fond et en permanence, le regard pétillant d'intelligence.Je tenais à vous rendre hommage Mademoiselle Adjani, et ce n'est pas coutume dans un magazine que de permettre au narrateur de se mettre lui aussi à nu. Etc'est avec une grande pudeur que je dois avouer avoir été comblé au-delà de mes souhaits par cette entrevue.

Stéphane J. Lévy : Isabelle Adjani, une carrière qui débute à 14 ans et qui dure, quel est le secret de cette longévité professionnelle ?

Isabelle Adjani : C'est surtout avoir la passion de ce que l'on fait. Avoir unpublic qui vous aime et qui vous suit pendant des années parce que seule, on ne peut rien faire. La réalité de la vie c'est aussi de réussir sa vie familiale,sa vie amoureuse, une vie loin du côté public. J'ai beaucoup de chance de faire ce que je veux, je n'aime pas qu'on mette d'entrave à ma liberté et je crois que les gens l'ont compris, on me reproche parfois de me faire un peu trop rare entout cas, on s'est résigné à ce que je ne travaille pas de manière régulière dans ma carrière. Mais en fait ce sont des rendez-vous qu'on se donne quand ça en vaut la peine, enfin je l'espère.

S.L. : Vous avez été très jeune confrontée aux feux de la rampe, auriez-vouspréféré avoir une adolescence semblable à celle de vos camarades de classe ou de collège ?

Isabelle Adjani : Oui mais c'est seulement plus tard que j'en ai pris véritablement conscience. A l'époque j'étais très heureuse d'échapper aux normes standard de la vie d'une adolescente et de vivre une espèce de manifestation dudestin aussi fulgurante. C'était pour moi un privilège que les autres adolescents ne se voyaient pas offrir. Je croyais merveilleux de sauter cette étape de l'adolescence et en fait elle m'a beaucoup manqué après parce que ça fait partie de la préparation à la vie d'adulte. De se retrouver très jeune avec des responsabilités et des codes qu'on n'a pas eu le temps de comprendre, ça peut parfois vous donner un grand sentiment d'isolement et de difficulté parce qu'on demande aux "enfants stars" beaucoup de maturité précoce. Moi, j'étais encore une enfant au fond et je le suis restée longtemps tout en ayant beaucoup trop d'obligations adultes. Il faut se méfier de la précocité parce qu'elle vous rattrape vite, je trouve ça important de protéger un enfant des étapes qu'on lui fait sauter. Ca ne me viendrait pas à l'idée de laisser mon fils de 12 ans suivre la même voie, je serais extrêmement soucieuse. Il faut suivre un ordre de croissance pour s'épanouir dans la vie, sinon on risque d'en être malheureux après et l'on comprend pourquoi trop tard.

S.L. : Vous entretenez un mystère autour de vous ?

Isabelle Adjani : Mais non, pour moi ce sont les autres le mystère. Comme disaitSartre : "L'enfer c'est les autres" et le mystère aussi c'est les autres.

S.L. : Comment Mademoiselle Adjani gère-t-elle ses journées quand elle ne travaille pas ?

Isabelle Adjani : Comme elle peut. Je fais de mon mieux mais ce n'est pas si simple que ça, on est dans un métier qui est de plus en plus exigeant et même vampirisant. J'aime bien organiser les choses moi-même, je n'aime pas déléguer.Je ne suis pas entourée d'une dizaine d'assitantes. Je travaille d'une manière plutôt artisanale. Je n'ai pas le temps pour des mondanités sans fin, je n'aime pas oublier la maison, les enfants, le bien-être pour moi c'est ça le bonheur dela vie. Il n'y a rien qui vaille le sacrifice de ces valeurs-là et sincèrement,aujourd'hui je pense que pour avoir un statut de star il vaut mieux être célibataire, sans attache. Je ne sais pas comment font les actrices qui prétendent pouvoir assumer leur vie sur tous les fronts, je crois qu'elles mentent, en tout cas à elles-mêmes.

S.L. : Quelle maman êtes-vous ?

Isabelle Adjani : Je suis plutôt sévère, j'aime bien qu'il y ait des règles, des cadres, des limites, ça aide un enfant à se construire, je ne suis pas hyperpermissive c'est à dire tout n'est pas possible tout le temps. Je pense que la liberté sans limites pour un enfant c'est le nénant, il ne peut pas s'y retrouver. Je suis une maman très couveuse, parfois trop et mon fils se moque de moi et il a raison, j'ai plutôt tendance à lui mettre deux pull over, deux bonnets et trois écharpes quand il fait moins de 10 degrés, mais au moins on est complices devant cet excès maternel. Oui, je suis une maman attentive et quand je ne le suis pas je ne suis pas contente de moi.

S.L. : A ce jour vous êtes la seule actrice française à avoir obtenu 4 Césars età avoir été nominée à plusieurs reprises aux Oscars, qu'en ressentez-vous ?

Isabelle Adjani : Je trouve que j'ai beaucoup de chance. Je vais vous dire très modestement, parce que vu le peu de films que représente ma carrière, je considère que j'ai été très honorée... C'est vrai, j'ai été très respectée parl'Académie des Césars en France ou l'Académie des Oscars aux Etats Unis. C'est génial. Je ne fais partie d'aucun sérail clanique professionnel, je ne suis pas une pro des réseaux... Les professionnels pourraient se dire, elle ne travaille pas souvent, elle n'est pas asssez des nôtres. Même si je ne fais pas de film pendant 2 ans et qu'ensuite je reviens, si l'interprétation leur plaît, ils sont toujours là pour m'accueillir ou me récompenser et j'en suis très fière, je ne suis jamais blasée. Quand j'ai subi des jugements, des injustices et des mises à l'amende, c'est toujours d'une certaine presse que cela est venu, pas de mes pairs !

S.L. : Une certaine presse a voulu entrer dans votre vie et ce ne fut pastoujours très agréable pour vous, est-ce que vous leur en tenez rigueur ?

Isabelle Adjani : Aujourd'hui on est tous, "les gens célèbres", acteurs, actrices, ou personnalités en vue publiquement, on est tous soumis au même régime d'invasion, d'indiscrétion, de dévalorisation et de traque dégradantes pour certains ou certaines. Quand ça m'est arrivé, j'étais tellement surprisequ'on m'accorde une importance telle qu'il faille chercher à me détruire ! En général on ne cherche pas à détruire des gens qui n'existent pas assez. Je considère qu'un certain type de presse me doit des excuses pour la vie, mais ils n'ont même pas commencé à m'en faire et ne m'en feront probablement jamais,alors il vaut mieux oublier la rancune et le ressentiment que ça inspire et continuer simplement à être soi-même.

S.L. : Vous êtes issue d'une mixité avec un résultat comme on le voit somptueux,vers quelle religion penche votre coeur ?

Isabelle Adjani : Ma mère était catholique, mon père était de confessionmusulmane mais absolument pas pratiquant et moi je suis entourée d'amis depuis toujours qui sont pour beaucoup de confession judaïque et donc je suis très habituée à leurs rituels qui sont très chaleureux et que j'aime spontanément. Je sais qu'il y a quelque chose au dessus de nos êtres et qu'il y a une parcelle de cette force en nous et le tout est de ne pas le perdre de vue, côté coeur.

S.L. : Quelles étaient vos rêves d'adolescente ?

Isabelle Adjani : Mon rêve était de soigner le monde.

S.L. : Diriez-vous qu'ils se sont réalisés ?

Isabelle Adjani : Pas du tout, je pensais surtout que j'allais m'occuper des autres et non pas que les autres allaient s'occuper de moi.

S.L. : Vous vous occupez des autres par votre métier ?

Isabelle Adjani : D'une certaine façon oui c'est ce que j'ai fini par comprendre. C'est un métier qui peut avoir des vertus de guérison, chamaniques,des vertus de transmissions, c'est ce qui m'intéresse dans mon métier la transmission.

S.L. : Si vous aviez une baguette magique, que changeriez-vous dans le monde ?

Isabelle Adjani : Le premier mot qui me vient à l'esprit c'est le "fanatisme",toute forme d'intégrisme, d'extrémisme en passant par les mondes de la médecine,de la religion et de la pédagogie, toute forme d'intolérance... La tradition de l'incompréhension, quel fléau ! Quand il y a des malentendus culturels, ils donnent des abominations entre la culture des uns et celle des autres. Il faut savoir écouter l'autre, d'où il vient et comprendre cette différence, regarder dans une ouverture totale, sans jamais juger, sans jamais exclure, sans jamais bannir, sans chercher à éliminer. Ce que je pense c'est que c'est régulièrement la fin du monde.

S.L. : Vous êtes le mystère personnifié, vous êtes l'actrice préférée des français et des françaises pour vos apparitions en public, pourquoi se font-elles si rares ?

Isabelle Adjani : Parce que quand je ne suis pas en voyage je suis très occupée à la maison.

S.L. : Est-ce que c'est Isabelle Adjani elle-même qui fait à manger à ses enfants ?

Isabelle Adjani : Quand c'est le cas, ce n'est pas toujours ce qu'il y a de meilleur...

S.L. : Isabelle Adjani est-ce qu'elle aime manger bio ou gras ?

Isabelle Adjani : Bio quand elle est très raisonnable et gras pasparticulièrement, mais de manière épisodique, pourquoi pas la cuisine orientale que j'aime tant ?

S.L. : Etes-vous engagée pour certaines causes ?

Isabelle Adjani : l'association "Innocence en danger" dont je suis une des marraines pour la France me tient à coeur car elle a pour vocation de protéger les enfants contre la pédo-criminalité cybernétique. Je me tiens également aucourant des actions de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l'Homme)dirigée par Souhayr Belahassen, sa présidente, qui fonctionne avec beaucoup d'intégrité. Je suis une des ambassadrices d'honneur du "Défi pour la Terre" que l'extraordinaire Nicolas Hulot a mis en marche pour nous aider à sauver cette malheureuse planète.

S.L. : Vous venez d'accepter d'être aussi l'ambassadrice de la marque Lancel,pourquoi ?

Isabelle Adjani : On me connaît avec mes chapeaux et mes lunettes de soleil,mais on ne sait pas que mon accessoire préféré c'est le sac, comme la plupart des femmes ! J'ai été séduite par la notion de "French Légèreté" de la ligne Lancel, son espièglerie, son élégance et son confort luxueux et je vais avoir lachance de créer mon propre sac, un sac idéal bien sûr

Interview recueillie sur le groupe isadj, retranscrite par Loquita

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci de nous donner la possibilité de lire cette interview si intéressante, pleine d'humanité et de sincérité.

Sinon je vous conseille le hors-série "Camille Claudel" du Figaro, il y a aussi de magnifiques photos à l'intérieur.

Amitiés
Martine

Anonyme a dit…

belle interview,ce qui en ressort, c'est l'extrême liberté et l'intégrité d'Isabelle,étonnée qu'elle connaisse les rites judaiques,apprécié de nouveau sa manière deprotéger sa vie privée,et les siens!engagée, libre et rebelle Isabelle! vrai il ya une transcendance, une étindelle divine dans l'art et l'humanisme!a

tazyzas a dit…

Y a-t-il d'autres photos inédites dans ce magazine? (en plus de la couverture?). Merci d'avance

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs