6 février 2008

Figaro "Le mystère et la grâce"-Interview






Sud -ouest :
Après Ruy Blas, Figaro . Qu'est ce qui vous séduit dans l'idée de porter du théâtre à l'écran ?
J Weber : Je suis intéressé par tout ce que peut apporter le traitement cinématographique , je pense notamment au gros plan- à une oeuvre théâtrale. C'est une recherche que j'ai envie de poursuivre. Parce que si cette structure offre toujours une force dramatique, elle peut parfois éloigner le spectateur par son caractère extériorisé, proclamé, déclamé...Or à partir du moment où l'on est dans le rapport intime que propose la télévision, la façon de faire entendre le texte est complètement différente.

SO : Pourquoi cette concentration de 3 pièces en un seul film ?
La mère coupable, est un texte important, car tous les personnages qu'on a vus évoluer dans le lieu de la légèreté, de grâce, d'élégance qu'est Aguas Frescas , on les retrouve dans le grand naufrage de l'âge à une autre époque, mais cette pièce dure 3h et demie, et l'imbroglio est invraisemblable. Quant au Mariage, il possède une rotondité, une tautologie qui était nécessaire à l'époque et qui ne l'est plus de nos jours. C'est pour cela que nous avons supprimé de manière radicale les intrigues secondaires pour nous concentrer à la manière des liaisons dangereuses sur les deux couples essentiels.

Comment voyez vous Figaro ?
Comme tous les personnages emblématiques, il est peu connu dans sa subtilité . Il est l'homme du discours, de la liberté, le prérévolutionnaire . Il est tout cela, mais il peut être très contradictoire. Ainsi dans le Barbier de Séville quand il regrette son ancienne liberté et se montre en même temps très heureux de retrouver son ancien maître .

Pourquoi cette importance de la musique ?
C'est une volonté qui est donnée dès le début du film . C'est d'ailleurs presque plus l'oeuvre de Mozart que celle de Beaumarchais qui m'a inspiré pour trouver le lien . Je suis toujours gêné par l'emploi de la musique au cinéma : il est souvent plus question de surlignage que d'une réelle osmose. Mais comme il s'agit là d'une journée de mariage, j'ai pensé à faire intervenir un orchestre (7 musiciens) qui rend intime une version symphonique. J'ai trouvé que ce mélange avait quelque chose de l'ordre du mystère et de la grâce.

Pensez vous que Figaro soit moderne ?
Je ne me pose pas la question. Je ne comprends pas que cela veut dire. Plus on est fidèle à une oeuvre qui elle-même a été extrêmenent précise, lucide , percutante, incisive, plus on a de chance d'atteindre une forme d'intemporalité qui peut faire ricochet aujourd'hui. Lorsqu'on met en scène une oeuvre dite classique; elle doit être traversée par l'époque racontée, l'époque à laquelle elle a été écrite et notre propre époque.

Jean -Paul Taillardas

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs