22 novembre 2007

Hommage


Je viens d'apprendre la mort de Béatrice Saubin .



C'est l'histoire d'une femme qui a résisté à tout. D'abord à une enfance abîmée. Béatrice Saubin est née le 7 septembre 1959, à Romilly-sur-Seine (Aube). Sylvestre, son père, un militaire, la reconnaît mais l'exclut de sa vie. Josette, sa mère, une prostituée, la confie à la grand-mère, Marguerite. La vieille dame vit dans un deux-pièces. Béatrice dort dans son lit. La jeune fille ne pense qu'à voyager. Elle fuit en Asie. Le 27 janvier 1980, elle est à l'aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie, une valise verte à la main. Les douaniers déchirent le double fond et y trouvent de la drogue. Béatrice assure que la valise lui a été remise par son amant chinois. L'homme ne sera jamais retrouvé. Le 16 juin 1982, le juge annonce la sentence : pendaison. La jeune femme, âgée de 22 ans, est alors l'unique Française dans le monde à être condamnée à mort. La France entière est saisie. Le Journal du Dimanche lance une pétition : "Il faut sauver Béatrice Saubin." Parmi les signataires : Aragon, Depardieu, Barjavel, Montand, Dutourd, Jankélévitch, Hallyday..."Elle était portée par la liberté"Le procès en appel a lieu deux mois plus tard, le 25 août 1982. Me Paul Lombard n'oubliera jamais. La jeune femme entre dans la salle du tribunal, blafarde, vêtue d'un ensemble de soie claire. Le ténor parisien, aidé d'un avocat local, plaide le doute. Après trois quarts d'heure de délibéré, il n'entend qu'un mot : "Life." Béatrice Saubin est sauvée, mais elle retourne dans sa cellule, protestant toujours de son innocence.A sa sortie de prison, huit ans plus tard, Béatrice est une star. L'écrivain Didier Decoin a raconté son histoire pendant sa détention dans Béatrice en enfer. Elle publie à son tour son livre qui devient un best-seller, fréquente des personnalités du monde du cinéma ou de la presse, de la politique aussi. "Elle était portée par la liberté, se souvient Me Lombard. On aurait dit la Belle au bois dormant qui se réveillait." Corps frêle, moral d'acier, elle impressionne. Elle sort toutes les nuits, dépense son argent sans compter. Installée dans un immense appartement du 10e arrondissement de Paris, elle vit une liaison avec un homme plus âgé, riche et connu. Un film doit être adapté de son histoire. C'est Isabelle Adjani, qui lui avait rendu visite en Malaisie, qui doit jouer son rôle. Béatrice se laisse happer par ce tourbillon qui la grise...
(La suite est écrite dans le JDD, et est assez intime , je ne l'ai donc pas publié.).
Ce film n'aura donc jamais vu le jour ....mais son nom est à jamais lié à ce projet fou ...de voir Isabelle Adjani y jouer son rôle.
J'avais lu à l'époque le livre bouleversant "l'épreuve" , et j'avais été marqué par son courage et sa ténacité...
Toutes nos pensées vont vers sa famille et ses proches.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

l'injustice peut se cacher à chaque coin de rue .

Didier Belg Anhee

Anonyme a dit…

Un projet avorté pour IA qui a interessé un temps Béart...j'avais rencontré Beatrice Saubin pour une dédicace de son livre...
triste destin
fibu

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs