19 septembre 2006

Critique du Figaro :

La Dernière Nuit pour Marie Stuart de Wolfgang Hildesheimer au Marigny

THÉÂTRE. Il en est des grandes interprètes au théâtre comme des divas des scènes lyriques : quelque chose d'extrêmement rare s'impose chaque fois qu'elles apparaissent parce que la beauté renversante le dispute à l'émotion que procure le sentiment d'une performance inouïe. Il en est ainsi avec Isabelle Adjani dans le rôle de Marie Stuart, une reine d'Écosse et de France imaginée dans sa dernière nuit par un écrivain allemand contemporain, Wolfgang Hildesheimer, ici adapté par Didier Long, qui signe la mise en scène.
Dans un décor qui est un simple enveloppement de panneaux rouge foncé, avec pour toute lumière une lune pâle et des flambeaux, Marie Stuart se bat avec elle-même deux heures durant. Elle est un être humain face à la peur de mourir, une reine qui n'oublie pas son rang, une catholique qui défend sa foi. Les personnages qui paraissent, les fidèles et ceux qui ne sont là que pour l'humiliation et l'exécution, sont autant de figures d'un monde contrasté.
Les costumes superbes de Dominique Borg apportent un supplément de beauté à la représentation et chaque personnage est magnifiquement mis en valeur. On pourrait pinailler sur la manière dont l'écrivain injecte du prosaïsme dans une situation tragique. Il y a quelque chose de grinçant dans sa manière. Didier Long respecte ce caractère et met en valeur la férocité de l'auteur, voire la vulgarité des pensées de certains, et les comédiens sont très bien. Jacques Zabor comme Bernard Waver, Patrick Rocca comme Jean-Yves Chatelais, André Chaumeau ou Anne Suarez et Joséphine Fresson, pas de petit rôle ici, car chaque réplique compte. Rémi Bichet, François Raffenaud, Axel Kiener, Raphaël Poulain le savent bien.
Domine Isabelle Adjani. En scène deux heures durant. Sa voix sublime, l'un des plus beaux timbres de comédienne qui soit, la profondeur et l'intelligence de son engagement, sa sincérité, la finesse des moirures de son jeu, tout subjugue. Par-delà la troublante présence, c'est l'engagement, l'audace, ce qu'il y a d'intrépide et de vulnérable en elle, Isabelle Adjani, qui bouleversent le public. Des qualités qui correspondent au mystère même du destin de Marie Stuart...Armelle Héliot
n Théâtre Marigny, à 20 h 30 du mardi au samedi, et en matinée le samedi à 18 heures et le dimanche à 16 heures. Durée : 2 heures sans entracte. Au moins jusqu'au 31 décembre. Tél. : 0 892 222 333.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Derniers commentaires

Messages les plus consultés

Forum du blog

Forum du blog
Cliquez sur l'image et dialoguons...

Tchat libre

Tchat

Compteurs